Le groupe Volkswagen renforce sa stratégie multimarque

169
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmtjfmtjfmty1x2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Marie-Christine Caubet, présidente du groupe Volkswagen France
Marie-Christine Caubet, présidente du groupe Volkswagen France, revient sur les orientations essentielles de son groupe.

Diplômée de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et du Cedep (Centre européen d’éducation permanente), Marie-Christine Caubet, qui succède à Daniel Coppens le 1er juillet 2009, à la présidence du directoire du groupe Volkswagen France, avait intègré le groupe Renault en 1973, où elle était devenue successivement directrice de succursale, directrice régionale de succursales, directrice région Île-de-France, directrice commerciale France, directrice générale et directrice du marketing de Renault France. Elle était arrivée finalement à la tête de la direction commerciale Europe de Renault, puis devenue membre du comité de direction de Renault pour un total de 36 années de carrière dans le groupe.

 

Commerce International : L’aspect multimarque est une grande particularité de Vokswagen. En quoi est-il un atout stratégique ?

Marie-Christine Caubet : « Un des grands enjeux stratégiques du groupe Volkswagen France est effectivement d’avoir l’offre la plus complète et diversifiée. À ce jour, nous possédons dix marques, dont cinq sont distribuées en France : Volkswagen, Audi, Seat, Skoda et Volkswagen Utilitaires. Nous proposons un choix unique sur le marché : de la citadine, avec la Volkswagen Polo, aux véhicules bénéficiant d’un rapport prix/prestations très compétitif, comme la Skoda Octavia, en passant par la marque Seat destinée à une clientèle plus jeune, ou encore des berlines luxueuses telles les Audi A6 et A8. Cette diversité est doublée d’avantages technologiques très convoités. Nous offrons une multitude de versions, avec boîtes automatiques ou quatre roues motrices, par exemple. Nous lançons en moyenne deux nouveaux produits par mois. À travers cette offre de marques et produits, nous avons ainsi la possibilité de pouvoir répondre à l’ensemble des demandes en nous démarquant fortement de la concurrence. Enfin, un atout majeur des marques de notre groupe sont les TCO. Nous avons des prix compétitifs et les valeurs résiduelles les meilleures du marché. »

 

Commerce International : Sur quels aspects portent les nouveaux services proposés par le groupe aux entreprises ?

M. C. C. : « Nous travaillons sur plusieurs axes de développement. Notre réseau se développe avec la création de “ fleet centers ”, des cellules exclusivement consacrées à la vente et aux services aux entreprises. Nous travaillons aussi à un meilleur encadrement du réseau avec de nouveaux collaborateurs qui vont accompagner les distributeurs dans leurs professionnalisations. Par ailleurs, suite à la demande de nos clients, nous travaillons, via notre banque captive Volkswagen Bank, sur des solutions de financements et des offres compétitives proposant des services additionnels. En plus de la vo-lonté de fournir des produits toujours mieux adaptés, nous comptons développer davantage certains services, comme des véhicules de remplacement, des ateliers avec des horaires d’ouverture spécifiques ou des spécialistes dédiés afin de répondre de manière très réactive aux besoins des sociétés. Bien sûr, nous poursuivons également notre travail constructif avec les principaux acteurs du marché des loueurs de longue durée. »

 

Commerce International : À l’heure où l’innovation technologique est essentielle, quelles sont les particularités du groupe en matière de R & D ?

M. C. C. : « Le groupe a lancé un programme d’investissements Produits de 27,7 milliards d’euros entre 2011 et 2015. À ce jour, nous proposons plus de 200 véhicules avec des émissions de CO2 sous la barre des 130 grammes par kilomètre. Dès 2013, les premiers véhicules électriques viendront étoffer cette offre, notamment sur la Volkswagen Up et la Golf. Nous estimons que les modèles électriques représenteront 2 à 3 % du marché d’ici 2020. Cependant il n’existe pas qu’une seule solution en termes de voitures propres, mais plutôt un ensemble de technologies telles que l’optimisation des moteurs thermiques, l’hybride, ou encore les biocarburants de deuxième génération. Cela explique le choix du groupe qui ne cesse d’améliorer ses moteurs TDI, TSI et TFSI, avec notamment des technologies comme BlueMotion, Ecomotive, Efficiency ou Greenline, selon nos marques. De par la diversité de notre groupe, nous bénéficions d’une synergie forte sur le plan technologique. Lorsqu’une enseigne développe un moteur particulier avec des émissions de CO2 très basses, l’ensemble des marques en profite. L’objectif au final est de s’assurer que nos clients ont toujours du plaisir à travers nos véhicules et un coût compétitif avec au cœur de nos préoccupations le respect de l’environnement. »