Le réseau Speedy met le cap sur le monde

93
Créé en 1991, le département franchise de Speedy s’est peu à peu développé pour atteindre aujourd’hui plus de 108 points de service en France et plus d’une cinquantaine à l’étranger, dont le Maroc où Speedy a ouvert les portes de son premier site à Casablanca en 1999. Depuis, l’enseigne a fait son chemin dans à peu près toutes les régions du monde…

Speedy_juil06

Jusqu’en 1978, le développement du réseau Speedy s’est réalisé uniquement par l’ouverture de points de service intégrés jusqu’au rachat d’une enseigne concurrente, en 1991, qui a donné le signal de départ de la franchise. Confié à René Prévost, ce département s’est étoffé avec les rachats successifs de deux réseaux (Virage en 1997 et Axto en 2004) permettant d’accélérer le maillage du territoire national. Parallèlement, fort d’une présence dans les DOM-TOM dès 1991, notamment en Nouvelle-Calédonie, René Prévost a misé sur l’international et, en 1998, a imposé son enseigne en franchise en Belgique, au Maroc, aux Pays-Bas, en Suisse, en Turquie et au Sénégal.

 

Développement de la franchise à l’étranger
Avec une offre de services sans cesse croissante – la climatisation l’an dernier, le vitrage depuis avril 2006 –, Speedy poursuit sa croissance nationale avec l’objectif d’ouvrir une quinzaine de sites par an dans 70 villes répertoriées de 5 000 à 15 000 habitants. Ce qui laisse encore un beau potentiel sur un marché qui, rappelons-le, est extrêmement concurrentiel. « Dans ce contexte difficile où s’opèrent de nombreuses concentrations, la franchise se présente comme un moyen de développement rapide et fiable, argumente René Prévost. À l’étranger, la démarche est un peu différente ».

 

En effet, selon René Prévost, « il faut aller à l’international quand on n’en a pas encore besoin. Après, c’est trop tard, confie-t-il. Par ailleurs, plutôt que de chercher à imposer une solution rigide, nous avons opté pour des partenariats exclusifs avec des interlocuteurs locaux via une master franchise par pays d’accueil. Le principe de l’exclusivité territoriale présente pour le franchiseur l’avantage de n’avoir qu’un seul interlocuteur responsable de l’enseigne par pays. Citons en exemple le Maroc qui compte déjà 11 centres installés dans les plus grandes villes du pays cinq ans seulement après l’ouverture du premier Speedy ». Fort de cette expérience marocaine, Speedy envisage donc de s’implanter très prochainement en Algérie et en Tunisie – bien que le concept de la franchise ne soit pas encore reconnu dans ce dernier. Il a des projets également en Turquie, au Sénégal, au Mali, aux Émirats arabes unis, en Hongrie et en République tchèque. Ces implantations devraient se réaliser au rythme de 30 ouvertures par an. « Il s’agit d’un développement purement stratégique dans le sens où chaque destination est mûrement étudiée, confie le directeur général. Par exemple, notre présence dans un pays nous ouvre les portes d’un de ses voisins, et ainsi de suite. »

 

L’indispensable formation, source de réussite
Pour maintenir un niveau de qualité et de service identiques dans tous les points de services, Speedy a mis en place des formations basées sur un contrat de qualification professionnelle en collaboration avec l’Association nationale de la formation automobile (Anfa) et l’École nationale des professions de l’automobile (Garac), le but étant d’amener les jeunes à une meilleure connaissance des métiers spécifiques de l’entretien et de la réparation rapide. Ainsi, le jeune titulaire d’un CAP s’engage pour 392 heures de formation professionnelle sur un an. Il passe un tiers de son temps dans une école agréée et deux tiers dans son entreprise d’accueil où il est encadré par un tuteur formé à cette mission.

 

Il en est de même pour l’étranger, où les masters franchiseurs jouent le rôle de formateurs. Quant aux franchisés, René Prévost estime qu’il n’y a pas de profil « idéal ». « Mais il est toutefois essentiel de disposer de certaines qualités dont un sens commercial aigu doublé d’un bon relationnel, sans oublier de bonnes dispositions pour la gestion, qui représente un poste très lourd, et les indispensables moyens financiers. Enfin, il est tout aussi important d’être moderne dans ses idées pour aller de l’avant et pour dynamiser l’enseigne en permanence ».