Le Royaume-Uni donne un coup de pouce à l’apprentissage

22

Le renforcement de l’apprentissage outre-Manche est devenu l’un des principaux chevaux de bataille du gouvernement de coalition emmené par le premier ministre David Cameron. D’ores et déjà, le nombre d’apprentis a augmenté de 50% en deux ans: 422 700 personnes ont opté pour l’apprentissage en 2010-2011 alors qu’ils n’étaient que 279 700 l’année précédente, selon des chiffres officiels. Mi-novembre, le ministre du Commerce Vince Cable a décidé de donner un coup de pouce supplémentaire à ces formations en annonçant une série de mesures à destination des entreprises de taille moyenne afin de les inciter à recruter davantage d’apprentis.

 

« Quand les temps sont durs, il est normal d’apporter un soutien supplémentaire aux entreprises les plus petites pour les aider à absorber leurs coûts de formation » a ainsi déclaré Vince Cable lors de la présentation de ce plan. En substance, le gouvernement britannique va accorder à des entreprises de moins de 50 salariés sans apprenti une prime de 1 500 livres (1748 euros) pour le recrutement d’un jeune âgé de 16 à 24 ans. L’investissement financier s’accompagnera aussi d’un allégement des procédures de recrutement et d’une simplification des exigences en matière de sécurité et de santé, souvent citées par les entreprises comme trop complexes et dissuasives à l’embauche des moins de 19 ans.

 

Au total, cette initiative devrait permettre de soutenir jusqu’à 20 000 nouveaux apprentis en 2012-2013, selon le gouvernement. Une étude sur la qualité des programmes d’apprentissage sera aussi menée parallèlement par une grande entreprise et les résultats seront connus au printemps prochain. La hausse dramatique des chiffres du chômage des jeunes explique en grande partie l’effort consenti par le gouvernement: fin septembre, le nombre de jeunes Britanniques au chômage a grimpé à 1,02 million et le chômage des 16-24 ans s’élève désormais à 21,9%, un record depuis 1992.

 

Sans surprise, l’initiative gouvernementale a été favorablement accueillie par la Chambre de commerce britannique (BCC), qui a souligné l’adéquation de ce programme aux inquiétudes souvent évoquées par ses membres. Dans une étude menée sur plus de 7 000 personnes, la BCC rapporte ainsi que seules 15% des entreprises sondées avaient l’intention de recruter des apprentis entre avril 2011 et avril 2012. Temps, coûts et inexpérience étant les obstacles les plus souvent cités. Mais sur une note positive, 82% des entreprises ayant déjà recruté un apprenti ont indiqué que cela avait permis de construire une expertise sur le long terme dans l’entreprise.