Les chambres de commerce britanniques prennent le virage RH

25

bcc_juin07

« Nous organisons régulièrement des rencontres avec des entreprises membres du réseau des chambres de commerce britanniques pour discuter avec elles de leurs besoins et tâcher d’y ­répondre. Et nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une forte demande pour de l’assistance concernant les ressources humaines », explique John Dunsmure, directeur général (Managing Director) des British Chambers of Commerce (BCC), la fédération nationale des chambres de commerce britanniques. C’est pour répondre à cette demande que les BCC ont mis en place, début 2006, un dispositif dédié à la gestion des ­ressources humaines, offert à tous ses membres. Le site www.chamberhr.co.uk n’est que la partie la plus saillante de cette large initiative, unique de la part d’une CCI. Une hotline a été mise à la disposition des entreprises membres du ­réseau des BCC. Des agents y donnent des conseils et des informations en matière de gestion des ressources humaines.

 

Ils ­peuvent ensuite orienter les entreprises sur le site internet pour qu’elles y téléchargent différents types de documents, tels des contrats de travail, des textes de lois, des exemples de ­lettres à envoyer à différentes occasions au cours de la relation avec un employé, etc. Les agents de la ligne d’aide sont mêmes disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ­durant toute l’année. Le dispositif mis en place est très ­impressionnant. « Nous sommes une organisation privée que ses membres ­rejoignent de manière volontaire. Nous n’avons pas de statut ­public comme en France. Malgré tout, notre réseau de 60 chambres de ­commerce à travers le Royaume-Uni compte 13 500 entre­prises membres. Notre attention va généralement pour les PME. Notre mission est d’aider les entreprises britanniques à croître et à prospérer », rappelle John Dunsmure. « Or, de nos jours, le cadre légal concernant les RH est un fardeau pour les entreprises. Il est très complexe. Les PME n’ont ni le temps ni les moyens d’engager à temps plein des experts dans ce domaine. Ce poids est aussi accompagné d’une ­richesse qu’il faut savoir préserver. Les hommes et les femmes ­employés par une entreprise sont les principaux acteurs de son succès. Plus vous les traitez avec soin, plus grandes sont vos chances de réussir. ­Notre initiative en matière de ressources humaines veut répondre à ces deux exigences », poursuit John Dunsmure.

 

Des lois qui changent vite
Le dispositif a été mis en place par la société de conseil et d’assurance Qdos Consulting, active sur le marché des PME pour les assister en matières fiscale, de ressources humaines, de santé et de sécurité au travail. Qdos consulting s’occupe également de la gestion de ces enjeux pour des entreprises européennes qui font des affaires au Royaume-Uni. Julian Stringer, le responsable de Chamber HR, est lui-même issu de la PME. Il y a lui-même fait face à un manque de temps et d’information pour bien traiter les affaires liées aux ressources humaines. « Nous recevons 15 000 appels par année pour la hotline. Parmi nos activités, nous comptons un groupe de veille qui suit l’évolution des lois et de la jurisprudence établie par les tribunaux. Le ­cadre légal évolue rapidement. En ce moment, le sujet de l’heure est la lutte contre les discriminations raciales, sexuelles, contre certaines classes d’âge et en fonction de l’orientation sexuelle. De nouvelles lois visant la discrimination en fonction de l’âge sont entrées en vigueur en octobre 2006. Nous aidons en ce moment les membres du réseau des BCC à mettre à jour leur politique d’embauche. Par exemple, les formulaires d’embauche doivent être ­revus de ­manière à ne pas faire de discrimination. De nouveaux formulaires respectueux des nouvelles lois sont ainsi téléchargeables sur le site internet de Chamber HR », signale Julian Stringer.

 

Un outil de fidélisation
« Les 170 documents disponibles en ligne suivent l’orientation ­générale que nous avons voulu donner au service. Plutôt que d’adopter la posture d’un avocat spécialisé dans le droit du travail qui ­dirait “ vous pouvez faire ceci, vous ne pouvez pas faire cela ”, nous ­tâchons de donner des conseils moins légaux, mais plus humains, sur comment régler un problème de manière humaine. Et si, malgré notre aide, un litige est engagé devant les prud’hommes britanniques, notre assurance couvre pour vous les frais d’avocat et les frais subséquents qu’il pourrait y avoir », explique Julian Stringer. Les chambres de commerce britanniques sont des organismes privés. La fidélisation de leurs membres est très ­importante et Chamber HR s’est avéré un précieux allié dans la poursuite de cet objectif. « Il est le programme le plus apprécié par nos membres. ­Depuis sa mise en place, il nous a aidés à recruter et à fidéliser un nombre significatif de membres. Notre nombre d’adhérents a cru de 9 % en 3 mois et Chamber HR a été un facteur clé dans l’atteinte d’un tel résultat », souligne Steve Charles, directeur des opérations commerciales à la Rotherham Chamber of Commerce dans le South Yorkshire, dans le nord de l’Angleterre.

 

John Dunsmure est du même avis. « Chamber HR est un ­excellent outil pour persuader de nouveaux et anciens membres de rejoindre notre réseau. » Les différentes chambres de commerce du réseau peuvent d’ailleurs customiser Chamber HR selon les orientations qu’elles souhaitent suivre. Si elles veulent aller au-delà du service d’aide fourni à tous, des séminaires sur la gestion des ressources humaines peuvent être organisés par Qdos Consulting. De la même manière, un spécialiste des ressources humaines peut se déplacer pour faire des permanences dans les chambres de commerce qui le souhaitent pour répondre aux questions de leurs membres. Cette option permet d’éviter d’engager quelqu’un à temps plein, et donc de réduire les coûts.