Les chambres de commerce européennes proposent un Erasmus pour jeunes entrepreneurs

32

erasmus_dec09

En avril dernier, la direction générale (DG) Entreprise de la Commission européenne a lancé le second appel à propositions pour Erasmus for Young Entrepreneurs (1). Ce programme-pilote permet à de jeunes porteurs de projets d’acquérir savoir et expériences auprès d’entrepreneurs européens expérimentés situés dans d’autres États membres. Pour mettre en place ces échanges, la DG Entreprise a lancé un premier appel en juin 2008 afin de sélectionner des organisations intermédiaires. Une vingtaine de consortia ont été retenus pour l’année 2009, certains composés de Chambres de commerce européennes. Le lancement d’un second appel pour la période 2010-2011, en avril dernier, a permis à d’autres Chambres de se porter candidates. « Nous profitons d’ateliers organisés à Bruxelles pour sensibiliser les Chambres sur Érasmus », explique Olivier Bopp, chargé de mission à la direction des Affaires européennes de l’ACFCI (Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie).

 

« Eurochambres (Association des chambres de commerce européennes, ndlr), l’une des organisations intermédiaires retenues pour 2009, n’est pas candidate aux prochains appels. Comme l’ACFCI, elle fédère désormais les dossiers et encourage les participations consulaires ». Il s’avère parfois difficile de convaincre les CCI, en France comme dans les vingt autres pays concernés. « Certaines se demandent quel intérêt elles peuvent trouver dans le programme », reconnaît Olivier Bopp. Sur certains territoires, d’autres dispositifs permettent aux jeunes entreprises d’effectuer des voyages à l’étranger et le budget alloué aux partenaires pour mettre en œuvre le processus en amont n’est pas élevé. « Les plus enthousiastes sont déjà proeuropéennes », précise-t-il. La CCI de Reims et d’Épernay fait partie de ces « euro-convaincues ». Le consortium qu’elle a créé avec la Chambre de commerce de Veneto (Italie, chef de file du consortium), l’EIC & IRC Slovenia, l’université de Primorska (Slovénie) et le CEEI Talavera de la Reina (Tolède, Espagne) a été retenu pour 2010-2011. « Notre intérêt s’inscrit dans le projet “ Génération entreprendre ” lancé en 2006 qui implique de nombreux acteurs économiques de Champagne-Ardenne (2) », explique Philippe Wittwer, directeur du développement économique de la Chambre. « Dans la région, le taux de création d’entreprises était alors nettement au-dessous de la moyenne nationale, notamment parce qu’il existe ici une vision patrimoniale de la réussite liée à la terre et la pierre. À force de communiquer sur l’entrepreneuriat et ses perspectives d’avenir, nous avons enregistré 6 000 créations supplémentaires depuis 2006. » Participer au programme Erasmus permettra aux Chambres champenoises de renforcer cette stratégie, déjà très ouverte sur le monde. « La mixité, les rencontres, l’échange culturel génèrent l’innovation », estime Philippe Wittwer, qui souhaite « tisser des liens durables », via Erasmus for Young Entrepreneurs, entre entreprises et organisations consulaires d’Europe.

 

La Chambre compte « lancer et boucler les projets d’ici fin 2010 » (le programme s’achève en juin 2011) afin de consacrer les derniers mois à tirer le bilan des échanges et consolider le réseau. Elle percevra 40 000 euros pour « couvrir une partie des frais de fonctionnement » lié à l’accompagnement des neuf porteurs de son territoire. L’enveloppe sera complétée par « Génération entreprendre », dont le budget s’élève à 165 000 euros par an sur dix ans. Lors de l’appel à projet de juin 2008, deux Chambres françaises avaient été retenues : la CCI de Paris (CCIP) et la Chambre régionale d’Auvergne (CRCIA), intégrées à des consortia différents. Aucune des deux ne s’est porté candidate cette fois-ci. « Pour des raisons d’organisation interne, nous répondrons au prochain appel (le troisième depuis 2008, ndlr), sans doute en 2010 », annonce Lilian Cadet, responsable des affaires européennes et internationales à la CCIP. « Nous avions répondu au premier un peu rapidement, sans vraiment savoir comment se déroulerait le programme. Nous nous consacrons donc, pour l’instant, à la mise en œuvre des projets en cours. » La Chambre parisienne a délégué cette tâche à Advancia, son école de management.

 

(1) www.erasmus-entrepreneurs.eu
(2) www.generationentreprendre.com