Les zones franches: nouvel atout des Émirats arabes unis

35

Commerce International : La zone franche RAK a été élue à trois reprises meilleure zone économique émergente de tout le Moyen-Orient. Comment expliquez-vous cela ?

Oussama El Omari: « Il s’agit d’une récompense très gratifiante. Cette reconnaissance prouve nos solides compétences à travers divers atouts, comme notre rapport coût-efficacité ou encore le potentiel économique que recèle cette zone. Au cours des onze dernières années, nous avons déployé d’importants efforts pour créer un environnement propice à l’expansion économique et favorable aux entreprises. Cette récompense est la conséquence du travail accompli et constitue un message fort à l’attention de la communauté mondiale des affaires, qui soulignent que la zone franche RAK est une destination de choix pour les entreprises qui se tournent vers le Moyen-Orient. En tant qu’organisation, il est intéressant de savoir où l’on se situe par rapport à la concurrence. Ce type de victoire nous incite à maintenir une offre nouvelle et attractive afin d’être toujours plus compétitif sur le marché. »

Quel est le profil des entreprises et des investisseurs intéressés par cette région ?

O.E.O.: « La zone concentre surtout des PME dans un ensemble varié de secteurs. Celles-ci exercent aussi bien dans l’industrie ou le commerce que dans les services, les nouvelles technologies ou le conseil. La construction, le marketing et l’agroalimentaire figurent aussi parmi les principaux secteurs. Le point commun entre ces PME est souvent de faire des affaires dans des marchés émergents. Leurs activités croissantes provoquent une dynamique locale forte en matière d’immobilier et de création d’emplois. La zone franche RAK a été créée en mai 2000. Depuis sa création, plus de 5000 entreprises s’y sont installées. Quelque 138 nationalités sont représentées au total. Les pays d’origine les plus fréquemment rencontrés sont l’Inde, le Royaume-Uni et l’Égypte. Bon nombre de sociétés proviennent également du Pakistan, d’Allemagne, des États-Unis, de France, de Turquie, du Canada et de Russie. »

Quels sont les principaux avantages apportés par cette zone franche ?

O.E.O.: « Il s’agit sans aucun doute de la région des Émirats arabes unis où l’implantation est la plus rentable. Grâce à des formalités administratives réduites au minimum, les investisseurs peuvent établir leur entreprise et la rendre opérationnelle dans un délai de quelques jours seulement. La majorité des start-up ou des nouveaux arrivants dans la région ont tout intérêt à se pencher sur notre offre. C’est une manière à la fois rapide et rentable de s’installer au Moyen-Orient. »

Qu’en est-il de votre offre ?

O.E.O.: « Nous proposons une gamme de solutions de création d’entreprises qui répondent aux besoins des différents types de clients. Le processus au sein de cette zone franche consiste à choisir une combinaison adaptée à sa situation entre différentes possibilités de licence d’exploitation, d’entité juridique et de services. Une fois les décisions prises, l’enregistrement est rapide et simple. Notre offre constitue ainsi une véritable alternative efficace et économique à Dubaï. Nous sommes, par ailleurs, la première et la seule zone franche qui met en place des bureaux et centres de promotion de l’investissement dans les Émirats arabes unis, aussi bien sur place, comme à Dubaï et Abu Dhabi, que sur d’autres continents. Nous avons des bureaux en Inde, en Turquie, en Allemagne et aux États-Unis. Aucune autre zone franche ne bénéficie de cet avantage à l’heure actuelle. Grâce à son envergure, aux facilités fournies aux entrepreneurs et à l’accompagnement dont ils bénéficient, la zone RAK se présente comme la zone franche la plus grande et la plus efficace dans la région du Golfe. À noter que nous nous distinguons aussi par notre caractère respectueux de l’environnement. »

Les services offerts se poursuivent-ils après l’installation de l’entreprise ?

O.E.O.: « Oui. Il existe de nombreux services à forte valeur ajoutée qui connaissent un grand succès. Nous offrons un large éventail de solutions supplémentaires qui répondent aux besoins des entreprises. Ceux-ci comprennent des services et conseils en matière de gestion des approvisionnements et de ressources humaines et en marketing notamment. Ces solutions sont conçues pour aider les clients au cours des nombreuses étapes de la vie de leur entreprise afin de l’exploiter au mieux et de devenir prospère. Des solutions sur mesure très appréciées sont également proposées aux sociétés ayant besoin d’un permis d’exercice afin de distribuer des produits, ou aux entreprises à la recherche de services de conseil, d’un bureau, d’un entrepôt ou de terrains pour des activités industrielles. La zone franche RAK est reconnue pour l’excellence de son service global. Nos réalisations ont été reconnues par un certain nombre d’organisations professionnelles internationales telles que la World Free Zone Convention. En plus du prix “Best Emerging Free Zone” que nous avons obtenu trois années consécutives, nous avons aussi été élus “Industrial Area of the Year” lors des Supply Chain and Transport Awards. À signaler aussi que fDi Magazine a classé la zone RAK au 4e rang des zones franches d’avenir et au 3e rang pour ce qui est de son potentiel économique. Ce classement 2011-2012 comparait 115 zones de l’ensemble de la région du Moyen-Orient. »

En quoi consiste l’activité de vos bureaux établis à l’étranger ?

O.E.O.: « Le rôle de ces bureaux est de répondre aux besoins des clients existants qui ont parfois besoin de relais dans différentes régions du monde. Il s’agit aussi de fournir en amont de nombreuses informations à des clients potentiels de la zone franche. Les bureaux de liaison internationaux se situent à Cologne pour l’Allemagne, à Istanbul pour la Turquie, à Mumbai (Bombay, ndlr) pour l’Inde et à Washington DC pour les États-Unis. Ils sont aussi mis en place pour soutenir nos activités de marketing international de promotion nécessaires pour la zone Ras Al Khaimah. Nous tenons à nous faire toujours mieux connaître en tant que destination d’investissements et diffuser un maximum de données pertinentes auprès des clients potentiels. »

La situation politique locale a-t-elle été déterminante pour l’essor de cette zone ?

O.E.O.: « La situation politique stable dans les Émirats arabes unis et la facilité de faire des affaires sont des raisons essentielles pour lesquelles les investisseurs sont attirés dans la région. Comme pour d’autres décisions politiques, le gouvernement a fait un excellent travail dans l’amélioration des infrastructures du pays et l’examen des lois et règlements visant à le rendre plus attrayant pour les investisseurs étrangers. En outre, notre emplacement stratégique, non loin du monde des affaires de Dubaï, la proximité des aéroports et ports maritimes internationaux, et les coûts considérablement plus faibles par rapport à Dubaï et Abu Dhabi ont joué un rôle crucial dans le succès de la zone franche au cours des dix dernières années. »

Quels sont les secteurs synonymes de grandes opportunités aujourd’hui ?

O.E.O.: « Comme dans tout le Moyen-Orient, presque tous les secteurs recèlent des opportunités intéressantes. Celles qui attirent bon nombre d’entreprises françaises à l’heure actuelle appartiennent principalement aux domaines de l’agroalimentaire, de l’aéronautique, de l’énergie nucléaire et de la santé. »

Zones franches aux Émirats: mode d’emploi

5000 euros: c’est le prix demandé à une entreprise étrangère pour l’obtention d’une licence commerciale et d’un petit bureau afin d’utiliser le contexte attractif des Émirats arabes unis comme plate-forme pour ses activités commerciales au niveau régional. Pour cela, il suffit de choisir la zone franche de Ras Al Khaimah (RAK). Situé à 45 minutes de Dubaï, ce territoire a développé un arsenal législatif et réglementaire transparent, à la hauteur de ses ambitions. Parmi ses atouts, on peut citer un environnement libre d’impôts, des lois autorisant la propriété étrangère à 100% et le rapatriement du capital et des bénéfices à 100%. Les coûts de la vie et des affaires dans cette zone sont nettement plus bas que ceux engendrés dans les autres émirats, ce qui permet aux investisseurs de profiter de marges plus intéressantes. Des raisons qui expliquent l’enregistrement de plus de 5000 entreprises étrangères en près de 12 ans d’existence, dont 200 en provenance de France. En 2009, alors que la crise économique sévit dans de nombreuses régions du monde, le PIB de la zone franche RAK atteint 3,5 milliards d’euros, en croissance de 8% par rapport à l’année précédente.

Les zones franches ont été créées aux Émirats arabes unis pour attirer les investisseurs étrangers et les entreprises, et favoriser ainsi une diversification sectorielle dans le pays. La plupart d’entre elles ont été créées entre 1995 et 2002. On en dénombre 15 dans l’ensemble des Émirats. Aujourd’hui, la principale zone franche de chaque Émirat propose une activité très générale, même si les licences délivrées permettent de segmenter et de restreindre le domaine d’exercice pour une entreprise. De façon générale, toutes ces zones franches offrent certains avantages similaires, à l’origine de la réussite de ces zones, comme le contrôle intégral du capital sans partenaire local, l’absence de taxes sur les importations et exportations, une totale liberté de mouvement et de rapatriement des capitaux. Les formalités d’installation sont également prises en charge par les autorités (obtention de visas, de permis de travail, logement…) et il existe un travail en étroite collaboration avec les différents départements des zones franches afin de faciliter la réalisation du projet de l’entreprise. D’autres territoires privilégiés de ce type s’apprêtent à voir le jour au cours des prochaines années en raison du fort potentiel que recèlent les Émirats. Leur situation géographique stratégique forme une fenêtre sur plus de 2,2 milliards de consommateurs.