Le Président de la CCI Nantes Saint-Nazaire se mobilise contre les baisses de ressources fiscales

663

 

 Le Président de la CCI Nantes Saint-Nazaire, Yann Trichard (photo), sollicite les adhérents de sa Chambre de Commerce et d’Industrie pour manifester leur mécontentement auprès des députés à propos des probables baisses de ressources fiscales que risquent de subir les CCI.

«Le gouvernement prévoit dans le cadre du projet de loi de finances une baisse de 17% de nos ressources fiscales après les avoir amputées de près de 37% au cours des dernières années

Lettre ouverte aux adhérents pour faire valoir leur mécontentement

C’est sous l’ombre de cette menace budgétaire que le Président de la CCI Nantes Saint-Nazaire, Yann Trichard, a décidé de prendre la plume pour unifier les entrepreneurs de la région afin de faire valoir leur mécontentement et leurs craintes auprès des représentants de l’Etat, afin que cessent de nouvelles baisses de ressources :

«C’est au prix de très nombreux efforts de rationalisation et transformation de nos CCI que nous avons pu absorber les baisses précédentes qui se sont traduites néanmoins par des milliers de suppressions d’emplois dans le réseau.
 
Cette nouvelle baisse va donc mettre en péril la capacité de votre Chambre de Commerce et d’Industrie à vous accompagner dans le développement de votre entreprise et ainsi favoriser la création d’emploi.
 
Concrètement sera impactée notre capacité à :

Créer et/ou accompagner des filières en émergence comme la Silver Economie ou les entreprises de la filière Drones.

Favoriser la transition de nos PME avec les enjeux autour de l’usine du futur, la digitalisation de nos PME et de nos commerces, les questions énergétiques et environnementales pour lesquels nous menons des actions quotidiennes.

Organiser et animer les programmes d’accompagnements tels que DINAMIC, PEPS.

Faire entendre la voix des entreprises sur des dossiers structurants comme les infrastructures routières indispensables à nos PME.

Travailler au développement de nos PME en favorisant les relations grands comptes PME (Club Stratégie Achat – Journées de rencontres grands donneurs d’ordre/PME).

Amputer notre capacité à développer l’apprentissage ou nos écoles de formation comme Audencia et l’Ecole de design (6500 étudiants sont formés tous les ans par votre CCI).

Accompagner  le développement à l’International de nombreuses PME et PMI (l’International Connecting Day rassemble 1200 personnes tous les ans pour rencontrer des experts venus de 70 pays, les Club Pays rassemblent des exportateurs par zone export tout au long de l’année – Les collaborateurs de la Chambre assistent les entreprises dans les formalités et démarches).

Soutenir les clubs et les associations d’entreprises et de commerçants partout sur le territoire départemental.

Soutenir par des ressources humaines et financières NEOPOLIA, ADN Ouest, ATLANPOLE, le GERONTOPOLE, …

Répondre chaque jour à vos besoins et à vos attentes (300 appels par jour sont traités par la CCI Nantes St-Nazaire).

Je pourrais en lister encore plus, mais vous qui avez pu concrètement bénéficier directement ou indirectement de l’action de votre CCI, je vous demande de le faire savoir dès maintenant à votre Député(e) dont vous trouverez l’adresse mail ci-dessous.
 
On vous rétorquera peut être que cette baisse de la fiscalité profitera aux entreprises, mais savez-vous que la taxe moyenne payée par toutes les entreprises françaises se situe autour de 310 € ? Cela veut dire que le gain moyen potentiel, s’il est avéré, sera de 52 € sur une année et en réalité uniquement que de quelques euros pour les millions de TPE, PME et commerçants, qui payent nettement moins que ces 310 €.
 
C’est à mettre en regard des services rendus et de l’investissement en temps que consacrent plus de 8000 chefs d’entreprises bénévoles à animer les CCI, à vous rendre service, à vous proposer de l’accompagnement, à vous défendre !
 
Si vous pensez, comme eux, qu’il est essentiel que les CCI, un des rares outils animés et gérés par des chefs d’entreprises, puissent continuer à agir en faveur du développement économique et de l’emploi, alors faites le savoir concrètement à nos parlementaires en écrivant avec votre cœur. Peu importe la forme et le style, ce qui compte c’est défendre ce en quoi vous croyez, ce que vous connaissez parce que vous y avez eu recours et tout simplement vos convictions.»