L’Union nationale de prévoyance de la Mutualité française lance une offre de protection complémentaire destinée aux grands comptes

63

UNPMF_dec07

Avec un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros, soit 4 % de part de marché des produits de prévoyance collective, l’Union nationale de prévoyance de la Mutualité française (UNPMF) est l’un des tout premiers intervenants français sur un marché en pleine explosion du fait des préoccupations croissantes concernant la retraite ou l’avenir de la protection sociale. « En 2006, notre progression a été de plus de 10 % en prévoyance collective, soit un chiffre supérieur à celui du marché, assure Dominique Chaignon, directeur du développement. Quinze conventions collectives nous ont désignés comme gestionnaires de leur système de prévoyance (décès, incapacité, santé) et de plus en plus d’entreprises font appel à nous car notre caractère mutualiste est un gage d’efficacité et de proximité. »

 

Et pourtant, force est de reconnaître que la Mutualité française et ses 700 mutuelles – pour le compte desquelles l’UNPMF assure la fabrication et la gestion de produits d’épargne et de retraite – sont plus connues dans le grand public pour leurs prestations de santé que pour leurs garanties complémentaires, individuelles ou collectives, en matière de prévoyance ou de retraite. « Nous sommes tout à fait conscients de ce déficit d’image, explique Dominique Chaignon. C’est pourquoi l’an prochain nous allons changer d’identité afin de mieux communiquer auprès du public et des entreprises. Notre nouveau logo et notre nouvelle dénomination sont prêts et nous allons mettre cela en musique dans les mois à venir. Notre but est d’être mieux identifiés comme un prestataire global de prévoyance et de profiter à plein de la notoriété dont bénéficient les mutuelles qui distribuent nos produits. »

 

Une offre globale, un interlocuteur unique
Ce contact étroit avec les mutuelles, outre la proximité qu’il induit, permet, grâce à une politique d’accompagnement social, d’accès aux soins et de prévention, de contrôler et de modérer les coûts de la prise en charge, ce qui permet une gestion des plus rigoureuses. Car même si l’UNPMF n’a pas par définition – mutualité oblige – d’actionnaires à rémunérer ni de ratios de rentabilité capitalistique à assurer, elle entend gérer au mieux les intérêts des souscripteurs, mutualistes et entreprises. Dans cette perspective, outre le réseau intégré des mutuelles, elle dispose d’atouts considérables afin d’apporter toujours plus de services à ses partenaires, notamment dans les nouveaux domaines que sont la retraite complémentaire et les garanties de dépendance-vieillesse : une assise financière solide, la capacité de mutualiser le risque, y compris au niveau international, et une stratégie de placements privilégiant la régularité des rendements à long terme. Dernier exemple en date, le lancement courant septembre d’Ampleo, une offre de prévoyance et de retraite complémentaire et sur mesure, destinée aux grands comptes. Grâce à cette nouvelle offre intégrée, lancée en partenariat avec huit des plus importants groupes mutualistes de la place, les plus grosses entreprises disposent désormais d’un réseau sans égal sur le territoire et d’un interlocuteur unique capable d’apporter à leurs salariés des garanties de qualité et de proximité.