L’université de Genève, pionnière en Suisse dans le domaine de la formation continue

25

genève_nov09

L’université de Genève est une des plus anciennes institutions académiques d’Europe. Fondée en 1559 par Jean Calvin, elle fête cette année son 450e anniversaire. En 2008, elle comptait 13 379 étudiants en études de base, 10 319 en formation continue, issus de 140 nationalités, 5 250 collaborateurs, et délivrait 3 800 diplômes, dont 1 252 bachelors (licences), 891 masters et 273 doctorats. Pourtant, malgré sa taille et son importance dans le paysage académique européen, l’université de Genève a longtemps attendu avant de proposer des programmes de formation continue. Du reste, jusqu’au début des années 1990, aucune université helvétique ne pratiquait la formation continue. La donne change définitivement en 1991 lorsque l’université de Genève se dote d’un service entièrement dédié à la formation continue au sein de l’université ou à l’extérieur, via des accords de partenariat. La mission de ce service est triple : accueillir les demandes des institutions, entreprises et associations professionnelles ; conseiller et assister les directeurs et collaborateurs dans la réalisation de programmes ; enfin, veiller par des études et des recherches aux besoins nouveaux en matière de formation continue universitaire. Pour atteindre ses objectifs, le service de la formation continue emploie sept personnes à temps plein et dispose d’un budget annuel de fonctionnement de 1 million de francs suisses (660 000 euros environ).

 

Toutefois, il s’agit d’un service du rectorat de l’université transversal aux sept facultés ; il y a donc d’autres personnes au sein des facultés qui y collaborent à temps partiel. De plus, la formation continue de l’université de Genève doit être autofinancée. Le résultat de cette politique d’indépendance financière est probant : l’année dernière, l’université a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions de francs suisses (6,6 millions d’euros environ). Le service mène de front plusieurs activités : production de programmes, relations publiques avec les milieux professionnels, participation à des salons, coordination avec les services de formation continue des hautes écoles suisses et européennes, participation à des projets européens, établissement de statistiques annuelles… L’université de Genève est généraliste : elle compte sept facultés (sciences, médecine, lettres, sciences économiques et sociales, droit, psychologie et sciences de l’éducation, théologie), propose 340 types de diplômes et 231 programmes de formation continue (dont 107 formations qualifiantes et 124 formations diplômantes) qui représentent un total de plus de 41 000 heures d’enseignement et ont attiré en 2008 plus de 10 000 étudiants. « Le chemin parcouru en moins de vingt ans est immense : en 1991, nous n’avions que 4 programmes de formation continue, avec seulement 175 étudiants ! », se souvient Geneviève Auroi-Jaggi, directrice du service de la formation continue de l’université de Genève. À la suite des réformes du système éducatif suisse, dans le cadre de la réforme de Bologne, les universités et écoles polytechniques fédérales ont harmonisé les titres décernés en formation continue.

 

L’université de Genève propose donc quatre niveaux d’offre : la formation courte (session, journée, conférence), le certificat (avec, au minimum, 10 crédits ECTS ou European Credit Transfer System – un système qui permet d’obtenir des équivalences entre les formations en Europe dans le cadre de la réforme de Bologne – et un travail écrit), le diplôme (30 crédits ECTS au minimum et un travail écrit) et le master de formation continue (60 crédits ECTS au mini-mum, un travail écrit et éventuellement un stage). La diversité des contenus au sein de la formation continue est impressionnante. « Nous avons créé, par exemple, en 2000, et en partenariat avec Artos (Association romande technique organisation spectacles) et l’université de Lausanne, une formation à la gestion culturelle (www.gestionculturelle.ch). Avant, il n’existait rien de tel en Suisse. Et en moins d’une décennie, ce diplôme est devenu indispensable pour travailler dans la profession… », note Geneviève Auroi-Jaggi. D’autre part, un très attendu programme de « gestion des politiques de sécurité urbaine » (www.unige.ch/formcont/politiquesecurite) fera son apparition au mois de janvier prochain. Enfin, le service de la formation continue de l’université de Genève développe les supports multimédias (CD-ROM d’autoformation, savoir continu en ligne, formation à distance…) et se préoccupe aussi de la conservation du savoir en filmant des cours de professeurs proches de la retraite.

 

Plus d’informations sur www.unige.ch/formcont, www.swissuniversity.ch et www.swissuni.ch (disponibles en quatre langues : allemand, anglais, français et italien). Pour tout renseignement : Université de Genève, service Formation continue,
tél. : 0041.22.379.78.33 ; [email protected]