Malgré le moratoire, Pairan s’intéresse toujours au photovoltaïque français

36
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmtnfmdnfntnfzmlszsjdlfsiccisinrodw1iiiwimjcwedewmda%2bil1d
D.R.
L’entreprise allemande est présente en France, Espagne, Italie, Grèce et République tchèque.

Avec près de 60 % du marché mondial (6 gigawatts GW), l’Allemagne demeure incontestablement le premier pays pour l’énergie solaire et les panneaux photovoltaïques. Le savoir-faire reconnu de l’industrie germanique a permis à certaines sociétés du secteur de tirer leur épingle du jeu et de viser d’autres marchés. C’est notamment le cas de Pairan, groupe fondé en 1983 et basé à Göttingen (Basse-Saxe) et Hambourg. Spécialisé à l’origine dans les techniques de radio et télévision, et le laser destiné aux domaines médical et industriel, Pairan a commencé à migrer vers l’énergie solaire en 1998, en collaboration avec l’Institut für Solare Energieversorgungstechnik (ISET) de l’Universität Kassel. Le groupe se met alors à produire des onduleurs photovoltaïques et des trackers (systèmes de poursuite solaires).

 

Son activité se répartit aujourd’hui entre l’intégration de solutions solaires, la fabrication d’onduleurs et de trackers solaires, la sous-traitance de modules de marque Pairan en Europe et en Chine et la construction clés en main de centrales solaires (EPC). Cette activité représente une source de revenus croissante pour Pairan, qui a déjà installé plus de 10 000 centrales à travers le monde. Pairan, qui compte aujourd’hui 200 salariés, investit énormément en R & D pour trackers solaires et onduleurs, et a inauguré au début du mois de juin une nouvelle usine à Göttingen pour augmenter ses capacités de production.

 

Présent aussi via cinq filiales en France, Espagne, Italie, Grèce et République tchèque, Pairan commercialise ses produits non seulement en Europe, mais aussi au Canada, aux États-Unis et au Maghreb. L’obtention récente des deux certifications de sécurité UL et CSA pour vendre sur le marché nord-américain a ouvert de nouvelles perspectives. Les prévisions de Bloomberg New Energy Finance America annoncent même que la puissance actuelle installée de 1,4 GW devrait passer à 44 GW d’ici 2020.

 

En France, Pairan est présent depuis le mois de février via une filiale basée à Toulon (Var). « Le marché du photovoltaïque a connu une baisse significative depuis le moratoire instauré au mois de mars, qui a entraîné une diminution des tarifs et un durcissement de la réglementation, indique Franck Rivas-Manzo, directeur général de Pairan France. Mais le marché demeure intéressant et notre filiale s’occupe de la France, mais aussi de la Belgique et du Maghreb. » Comme dans les autres pays, Pairan France mise avant tout sur ses produits estampillés allemands avec une garantie de dix ans, des coûts structurels faibles, le développement de son réseau de partenaires pour remporter des parts de marchés et son bureau d’études interne pour aider ses clients. L’année dernière, le groupe Pairan a vendu pour 120 mégawatts de panneaux photovoltaïques.

 

De plus amples informations sont disponibles sur www.pairan.com.