Mécénat: lutter contre la misère

20
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmdlfmddfnjc2x2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Photo : D.R.
Grâce aux dons et à la contribution d’entreprises mécènes, la Fondation Caritas et l’association Secours catholique mettent en œuvre des programmes ambitieux. Objectif : la lutte contre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde.

2010 a été déclarée Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, une thématique chère à la fondation Caritas France et à l’association Secours catholique, qui ont pour prérogatives de gérer des dons de personnes physiques et morales, et de financer des programmes axés sur l’aide aux plus démunis et sur l’insertion.
Fondée en 2009 par le Secours catholique, la fondation Caritas France est une fondation abritante qui compte d’ores et déjà huit fondations. Au-delà du recueil de dons, cette entité du réseau Caritas, dont le budget annuel est de l’ordre de 4 millions d’euros, offre soutien et accompagnement à toute personne qui souhaite créer une fondation dans le champ d’action de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. « Certains chefs d’entreprise ou anciens patrons, par exemple, souhaitent s’investir d’avantage que par la simple émission d’un chèque. Nous les aidons à gérer leurs apports, sélectionner des projets, suivre les projets finalement soutenus et évaluer l’impact de leurs actions. Nous intervenons avec une logique de retour sur investissement », explique Jean-Marie Destrée, directeur général de la fondation Caritas France.
L’ex-président de la société Biscuiterie nantaise-BN Guy Scherrer s’est ainsi appuyé sur les compétences des équipes de la Fondation Caritas France pour cofonder, en octobre 2009, le Manteau de Saint-Martin, dont le projet consiste à procurer des compléments de ressources à des personnes en grande difficulté. « La grande pauvreté n’est pas aussi spectaculaire qu’une catastrophe naturelle. Pourtant, elle demande des fonds et surtout un effort de longue haleine. Nous voulions, au départ, créer une fondation autonome d’utilité publique. La lourdeur de la procédure nous en a dissuadés. Opter pour la mise en place d’une fondation abritée nous a permis de nous affranchir des soucis de gestion administrative. La relation avec la fondation Caritas France est simple, claire et cordiale », témoigne Guy Scherrer. Même écho de la part de François Dufourcq, patron d’une PME : « la Fondation Caritas n’est pas une grosse machine. C’est ce qui nous a séduits, tout comme sa parfaite connaissance du terrain. La Fondation Lucq Espérance sera créée sous égide de Caritas en septembre 2010. Au-delà de l’aspect administratif, nous souhaitons bénéficier de la réflexion engagée par le réseau Caritas, participer à cette réflexion et travailler en équipes avec Caritas et d’autres fondateurs. À l’image de la Fondation du Lucq, que nous avons créé en 2005 sous l’égide de la Fondation de France, nous avons pour objectif d’appuyer, en France, des projets visant à renforcer le lien social. Nous prévoyons également de soutenir, dans des pays émergents, des organismes intervenant dans la scolarisation de l’enfance. »
L’association Secours catholique dispose d’un département mécénat et partenariats. Créée en 2004, cette entité a bénéficié en 2009 de près de 1,5 million d’euros de dons en nature et d’heures de mécénat de compétences. « En donnant, les entreprises y gagnent aussi, note Vincent Godebout, en charge du département. Elles bénéficient de vraies contreparties. En particulier, en devenant mécènes du Secours catholique, elles favorisent la “ recréation ” de sens en interne. Quand des collaborateurs partent sur des missions, par exemple, ils peuvent partager leur expérience de manière positive. La mise en place sur le terrain d’équipes mixtes – collaborateurs-populations en difficulté – permet en outre de diffuser une image valorisante de l’entreprise au sein des quartiers populaires. Le mécénat crée des passerelles dans les deux sens. » Car aux côtés de programmes d’aide clé en main, l’association Secours catholique collabore avec ses mécènes dans un mécanisme de co-construction de projets. Son champ d’action : l’aide de proximité en France, ainsi que des interventions à l’international, en Afrique en particulier, pour permettre l’accès à l’eau potable et lutter contre le paludisme.
La création d’un garage solidaire à Angers, avec une grande enseigne spécialisée dans la réparation et l’entretien des véhicules, témoigne du travail de proximité du Secours catholique, au même titre que la mise en place, avec la Fondation des Banques populaires, de concerts dans les prisons. Le soutien d’une association locale au Togo, via un mécénat de compétences impliquant l’expertise de la société Sogréah, spécialisée dans les domaines de l’eau ou les nombreuses interventions de l’association en Haïti, témoigne de son engagement à l’international. Et la Fondation Caritas France ne manque pas d’apporter un soutien financier à ces projets. Ainsi, 25 000 euros ont été investis dans le garage solidaire d’Angers et 73 000 euros ont permis de financer le projet hydraulique mené au Togo incluant l’expertise de Sogréah. Deux projets, parmi de nombreux autres, mis en œuvre en France comme en Afrique.