Olivier de Lavalette: « L’efficacité de l’entreprise est étroitement liée à l’organisation de ses espaces de travail »

22

regus_dec09

Commerce International : Votre groupe, Regus, a réalisé une étude paneuropéenne sur les bureaux et les espaces de travail du futur. Quels sont les grands enseignements que peuvent en tirer les dirigeants d’entreprise ?

 

Olivier de Lavalette : « Tout d’abord, il est clair que l’efficacité de l’entreprise est étroitement liée à l’organisation de ses espaces de travail. Le cercle vertueux à essayer de mettre en place, c’est de lier les modes de travail à l’aménagement des espaces. On ne peut pas changer l’un sans l’autre. Notre étude se projette sur les cinq à dix prochaines années. Dans le court terme, les décideurs vont chercher à gagner de l’espace et à intensifier l’utilisation de leurs surfaces allouées aux postes de travail. Mais, dans le même temps, leurs collaborateurs vont travailler de n’importe où. L’aménagement des espaces de travail prend donc une dimension aussi bien physique que géographique. De fait, la mobilité des collaborateurs est appelée à jouer une influence gigantesque sur l’architecture des bâtiments de bureau. »

 

Les contrats de baux commerciaux sont rarement aussi souples que l’architecture des immeubles de bureaux auxquels ils s’appliquent. Comment palier ce problème ?

 

O. L. : « En termes de surface et d’aménagements intérieurs, les bureaux de demain devront s’adapter à des variations d’effectif. En fonction non seulement des hauts et des bas de la vie économique des entreprises, mais aussi de leurs projets de développement de produits ou de marchés géographiques. Les entreprises auront un besoin grandissant d’adapter leurs espaces de façon dynamique au nombre et à la localisation de leurs collaborateurs afin de saisir au plus vite les opportunités de développement. Pour cette raison, il est préférable de changer de modèle économique dans l’utilisation des immeubles de bureaux. Or, c’est ce que nous offrons : la possibilité de ne plus être prisonniers de baux commerciaux rigides, mais de profiter de contrats de service. Nombre de groupes américains ont très bien compris ce modèle économique. Nous avons ainsi un client, spécialisé dans les outils d’interconnexion pour réseau Internet, qui renouvelle son contrat de service au niveau mondial avec nous tous les six mois. Seul un opérateur d’hôtels d’entreprises permet d’offrir cette souplesse et cette flexibilité. À cet égard, chez Regus, nous mettons à la disposition des entreprises, notre réseau de 1 100 centres d’affaires réparti dans 76 pays. »

 

Vous devez être au moins deux fois plus chers comparés aux baux classiques…

 

O. L. : « Si c’était le cas, nous n’aurions pas 400 000 clients dans le monde ! Nous comptons, parmi eux, 40 % des entreprises du Fortune 500. Comme la plupart de ces entreprises sont cotées en bourse, je vous assure qu’elles savent très bien compter. À ce sujet, il est intéressant de savoir que, selon le cabinet d’analyses IPD, le coût total d’occupation [Total Cost of Occupancy] en Europe, par exemple, varie en moyenne entre 800 euros et 1 200 euros par utilisateur et par mois. Bien sûr, beaucoup d’entreprises n’en ont pas conscience, car elles ne comptabilisent pas tous les frais liés à l’occupation de leurs locaux. Nos tarifs dépendent de la taille des bureaux, de la localisation et de la durée du contrat. »

 

Mais dans ce cas, ne doit-on pas s’attendre à ce que les bureaux que vous proposez, ainsi que leur ambiance générale, soient très impersonnels ?

 

O. L. : « Nous faisons du service. À la demande des clients, nous pouvons personnaliser leurs espaces avec des couleurs et des mobiliers qu’ils choisissent. Bien sûr, cela ne concerne pas les sociétés qui louent un petit bureau pour une journée ou une semaine. Par ailleurs, nous nous efforçons également d’humaniser l’ambiance générale d’un centre d’affaires en organisant des événements de vie commune : des petits-déjeuners thématiques, des espaces Business Lounge, des kitchenettes… Tout cela crée du lien. »

 

Quels sont les services que vous offrez dans vos centres d’affaires ?

 

O. L. : « Typiquement, nos centres d’affaires sont toujours bien situés à des nœuds de transport. Nous avons quatre familles de produits en contrats de services. Du bureau classique pour un jour, une semaine, de la salle de réunion, de la domiciliation commerciale avec présence virtuelle d’entreprise : gestion des appels téléphoniques, du courrier, adresse sociale… Un homme d’affaires qui a rendez-vous à Tokyo le lundi peut préparer sa présentation PowerPoint, l’envoyer à Hong Kong où il se rend le lendemain. Quand il arrivera, sa présentation sera imprimée et reliée. Nous avons aussi la carte de membre Business World qui permet d’utiliser un bureau n’importe où dans le monde (76 pays), à condition de le réserver à l’avance, de façon illimitée pour 600 euros par mois. »