Patrimoine – Des portefeuilles bien gérés

34
À l’approche de cette fin d’année, la situation financière des Français s’améliore sans pour autant être euphorique. Loin s’en faut. En effet, l’incertitude des marchés financiers, mais aussi les risques géopolitiques latents, rendent la gestion des portefeuilles plus que jamais indispensable. Cette rigueur de gestion doit toutefois s’adapter aux attentes des clients qui adoptent de plus en plus une démarche patrimoniale volontariste. Les Français épargnent, certes, mais par contrainte ou nécessité. Les banques ont anticipé et sont prêtes à les accueillir…

On assiste effectivement à une double situation. D’une part à la constitution d’une épargne de précaution pour prévenir le risque d’inactivité, d’autre part à la restauration d’une partie du patrimoine financier « endommagé » par la chute du marché des actions. À cela, il faut ajouter un nouvel effort destiné à assurer le financement des retraites. Résultat : 2004 s’annonce déjà comme une année où les Français vont largement privilégier l’épargne. La gestion de patrimoine étant donc dans toutes les bouches, chacun y va de son conseil et de son appui pour aider l’épargnant, particulier ou entreprise, à faire les bons choix.
Les milieux bancaires ont vivement réagi, à l’instar du groupe BNP Paribas qui met désormais à disposition de sa clientèle – fortunée – un gestionnaire de patrimoine. Sa mission ? Protéger, faire croître et transmettre dans les meilleures conditions possibles le patrimoine familial. Très présente sur les grands centres mondiaux de la gestion privée internationale, La Banque Privée se définit comme l’expertise du groupe BNP Paribas. Outre l’accompagnement des clients dans ses réflexions et démarches financières, La Banque Privée dispose également, en interne, d’un certain nombre de services patrimoniaux exclusifs tels que le département de Conseil en Investissment en Art qui, comme son nom l’indique, est tout spécialement dédié au marché de l’art.

Chouchouter votre argent
Dans la lignée, le pionnier en France de la bourse en ligne, Dubus SA, s’est doté d’une plate-forme universelle de brokers en ligne. Il s’agit d’une des rares sociétés de Bourse intégrées à exercer à la fois les métiers de broker, compensateur et conservateur de titres. Pour sa part, W Finance, filiale à 100 % du groupe AGF, s’est spécialisée dans le développement d’outils de gestion de trésorerie longue. L’objectif étant, ici aussi, d’aider les entreprises à gérer au mieux leur trésorerie en combinant performance et sécurité. Outre ses produits structurés appelés « produits à promesse », W Finance développe des portefeuilles modèles établis selon les objectifs de placements.
Enfin, après avoir conclu un accord de partenariat avec la Néerlandaise Rabobank, la banque suisse privée Sarasin s’implante à Paris avec trois axes majeurs de développement dont un exclusivement destiné à la clientèle institutionnelle. Les deux autres concernent la clientèle de particuliers : la gestion privée (à partir de 1 million d’euros), assurée par des équipes internes, et la clientèle patrimoniale. Le développement de cette dernière est confié à un cercle restreint de partenaires actifs dans le conseil en gestion de patrimoine. Avec cette nouvelle implantation, Sarasin Expertise AM entend mettre son savoir-faire bancaire suisse à la disposition des investisseurs privés français.