Patrons français au détail

15
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmdlfndvfnzffzmlszsjdlfsiccisinrodw1iiiwimjcwedewmda%2bil1d
Photo : D.R.
La publication du Dictionnaire historique des patrons français part d’un constat : si l’évolution du capitalisme de la fin du XIXe siècle à nos jours a souvent fait l’objet de recherches, les patrons eux-mêmes demeurent méconnus.

« On ne disposait pas, en France, de vue d’ensemble sur les structures, les comportements et les dynamismes d’évolution du patronat, à la différence de ce qui existe dans d’autres pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni ou la Belgique », écrit Jean-Claude Daumas, qui a dirigé la rédaction du livre.
L’ouvrage se divise en deux parties, l’une biographique (« Hommes, familles, territoires »), l’autre thématique. L’objectif de ce travail consistant (plus de 1 600 pages !) est de proposer 302 notices biographiques composées de portraits plus ou moins longs d’hommes (grands industriels comme patrons de PME) et de branches d’activité (banques coloniales, audiovisuel, tabac et allumettes…). Il s’agit aussi de nous ouvrir au « monde des patrons ».
Des lieux de vie aux dynasties anciennes ou récentes en passant par les revenus et les différents modes de gestion, les auteurs présentent une description riche, bien que non exhaustive, du monde patronal. Grâce à un éclairage historique bien anglé, la seconde partie permet, en outre, de mieux comprendre des thèmes récurrents de l’actualité française. Les pages dédiées à l’immigration, plus précisément à la main-d’œuvre immigrée, constituent un exemple intéressant.
Après avoir exposé les différentes sollicitations patronales en faveur des flux migratoires au XXe siècle, Manuela Martini et Paul-André Rosental écrivent que, depuis les années 1990, « le recours aux clandestins reste une condition structurelle du fonctionnement du marché secondaire (BTP, nettoyage, services à la personne), notamment dans les secteurs à composante saisonnière comme l’agriculture, la confection ou l’hôtellerie-restauration ». Un rappel intéressant si l’on se souvient de la teneur des réponses gouvernementales – depuis vingt ans – à ces fraudes administratives, qui se focalise sur un pseudo-caractère « exceptionnel » des infractions. Plus ludique, le chapitre sur le sport rappelle les évolutions des valeurs attachées à cette activité. « Le sport, envisagé presque uniquement dans sa version professionnelle, est désormais moins voué à servir au contrôle de la main-d’œuvre qu’à l’entretien d’une image positive de l’entreprise (sponsoring) et de ses dirigeants ». La lecture de ce livre passionnant peut être complétée par celle d’Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours, publiée chez La Découverte/Poche (seconde édition).

Dictionnaire historique des patrons français
Sous la direction de Jean-Claude Dumas
Éditions Flammarion (octobre 2010)
1 614 pages, 65 euros