Portrait croisé de deux nouveaux présidents en pleine tempête budgétaire

9

Dominique Restino, un serial entrepreneur qui connaît parfaitement la CCIP

Le 18 Novembre 2016, Dominique Restino (à droite sur la photo) est élu par l’assemblée générale en tant que président de la Chambre de Commerce et d’Industrie départementale de Paris, succédant ainsi à Philippe Solignac, pour un nouveau mandat de 5 ans.

Cet autodidacte dans l’âme a toujours encouragé la transmission de savoir-faire.

Diplômé de l’Executive MBA d’HEC, Dominique Restino commence son parcours professionnel en tant que Consultant en recrutement et RH chez IFOPS de 1981 à 1984. Puis il enrichit son expérience en 1984 en tant qu’ingénieur commercial et spécialiste produit CBA –EIS au sein de la société Rank Xerox.

Dès 1986, à 24 ans, il saute le pas pour créer son entreprise et  cofonde SOGEDIS-EFFECTIF, un groupe d’agences de recrutement spécialisé dans l’ingénierie industrielle et informatique, qui compte plus de 100 salariés et 1200 personnes en mission. Il en est le président directeur général jusqu’en 2006 lorsqu’il revend son entreprise.

En 2008, il fonde la société EXECUTIVE CAPITAL, conseil en stratégie développement et en 2001 est Président fondateur de EXPERTIVE, un cabinet de recrutement spécialisé.

Mais son savoir-faire entrepreneurial il le met aussi au service de la communauté à travers son attachement à la CCIP. En effet depuis 2004 Dominique Restino est membre de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris où il poursuit différentes activités en faveur des entrepreneurs et porteurs de projets dans un contexte national et international.

Avant d’honorer le poste de président de la CCIP, Mr Restino, vice-président de la CCI de Paris depuis 2004, aura œuvré pour les relations économiques franco-québécoises, été président de l’Association Française des Instituts du mentorat entrepreneurial (IME France), membre du Comité Directeur et Ambassadeur de l’association « Les journées de l’Entrepreneur et G20 Yes », etc.

Il est aussi président fondateur du MoovJee, créé en 2009 et du prix du même nom, Mouvement pour les Jeunes et les Etudiants Entrepreneurs, du CAP au Bac+5, dont la mission est de promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes, toutes disciplines confondues, à travers un programme de mentorat entrepreneurial.

Didier Kling, homme de dialogue au service de la région Ile-de-France

Fraîchement élu depuis jeudi 1er décembre après-midi, Didier Kling (à gauche sur la photo) quitte son poste de vice-président trésorier de la CCI Paris Ile-de-France pour devenir le Président de l’institution régionale.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’une maîtrise de droit et d’un diplôme d’expert-comptable, il fonde dès 1979 son propre cabinet dont il est Président directeur général.

Expert auprès de la Cour d’appel de Paris depuis 1983, agréé par la Cour de cassation depuis 1999, il est également Président de la Chambre Nationale des Conseils er Experts Financiers depuis 2004.

Il est par ailleurs membre des conseils d’administration de l’Institut Français des Administrateurs (IFA), de la Société Immobilière du Palais des Congrès, de VIPARIS Holding et de COMEXPOSIUM.

Grâce à une formation multidisciplinaire en droit, commerce (Chambre de commerce britannique) et en études politiques (IEP de Paris), Didier Kling jouit d’un grand éclectisme professionnel et sectoriel.

Cet expert-comptable aura fort à faire pour piloter la CCI Paris Ile-de-France qui ne cesse ces dernières années de devoir se réformer. En effet, après la suppression de 1000 postes en deux ans, les fermetures de sites et revente d’écoles de formation, l’institution appréhende l’année 2017 comme jamais, à cause de cette énième annonce de réductions de ressources, encore, rapportée par le projet Loi Finances 2017.

C’est donc face à un véritable casse-tête que démarre le nouveau mandat de Didier Kling qui ne cesse de dénoncer l’absence totale de discussions avec le gouvernement, alors que le nombre d’apprentis formés par l’institution à augmenté entre 2016 et 2015, dans un contexte politico-économique qui mise beaucoup sur les formation professionnelles, justement.

Parmi les multiples objectifs qui composeront la mandature de Mr Kling figure aussi la question du digital et de son renforcement dans le monde entrepreneurial.  Une nécessité à l’heure où il faut rendre les mêmes services avec moins de moyens.

Les deux nouveaux capitaines des navires CCI Paris et CCI Paris Ile-de-France démarrent leur mandat dans une atmosphère particulièrement moribonde sous des perspectives d’évolution et de concrétisation peu encourageantes. Bien entendu l’heure est aux économies de toutes parts, mais les institutions qui sont à même de participer à la relance économique doivent-elles elles aussi se serrer la ceinture au point de ne plus pouvoir assurer leurs missions, mêmes les plus élémentaires (formation par exemple) ?  Le nouveau gouvernement à venir en Mai 2017 sera-t-il plus clément sur les ressources allouées aux CCI, ou ascétisera-t-il un peu plus encore les Chambres de commerce et d’industrie ?

commerce international, actu-cci.com.