Profonde crise interne à la CCI du Gard

117

 Le 5 décembre 2016 Eric Giraudier était élu secrétaire adjoint de la nouvelle CCI du Gard… Le 21 février  2017, il démissionne, accompagné de cinq autres membres élus du bureau qui décident aussi de jeter l’éponge : Audrey Carbo la vice-présidente commerce, Eric Butel le trésorier, Philippe Broche le président de la délégation de Bagnols-sur-Cèze, Olivier Jalaguier le vice-président services et Jean-Marc Rouméas le trésorier adjoint. Autant dire que ce n’est plus simplement un coup dur pour le président actuel de la Chambre, Francis Cabanat, mais un véritable coup de massue, qui va devoir faire face à la réélection d’un nouveau bureau lors de la prochaine assemblée générale, fixée au 27 février 2017.

Une situation financière remise en cause

Les démissionnaires mettent en cause la situation financière de l’ex-CCI d’Alès que présidait Francis Cabanat avant son sacre à la présidence de la CCI du Gard en décembre dernier :

« La situation financière sur l’ex-CCI d’Alès est très préoccupante, écrivent-ils dans un communiqué. Celle-ci a dégagé un déficit d’exploitation cumulé sur les 4 derniers exercices de 4,78 M€. L’équilibre budgétaire n’a été atteint que par la vente de son patrimoine immobilier. Un plan de restructuration et d’économie budgétaire drastique s’imposait depuis des années compte tenu de la baisse prévisible des ressources. Il n’a pas été mis en œuvre. À titre indicatif, sur l’exercice 2016, les charges de personnels représentaient 95 % des ressources de la CCI d’Alès. »

Mais ce n’est pas uniquement le constat de cette situation financière qui a fâché les « frondeurs ». En effet ils accusent Francis Cabanat d’avoir dissimulé cette situation en ne fournissant aucune pièce comptable pourtant réclamé à plusieurs reprises, notamment lors des trois réunions de bureau tenues depuis la mise en place de la nouvelle CCI du Gard, et ce jusqu’à très récemment.

« Des mesures correctives d’urgence ont été demandées par les membres du bureau pour la sauvegarde de la chambre, seule solution pour tenir les engagements pris devant les chefs d’entreprise du département lors des élections de novembre dernier, poursuivent-ils. La responsabilité collective étant engagée et ces mesures ayant été refusées catégoriquement par le président de la CCI, la décision de démissionner du bureau de la CCI a été prise à l’unanimité ce mardi 21 février. »

Vers l’élection d’un nouveau président de la CCI du Gard ?

A cette situation de crise et cette vague de démissions, les dispositions du Code du commerce impliquent l’élection d’un nouveau bureau qui doit se tenir dans un délai de cinq jours francs à partir de la démission, soit le 27 février. Ce qui pourrait très probablement voire élire un nouveau président pour la CCI 30.

Francis Cabanat pour sa part crie au complot et ne cache pas les « mauvaises » intentions selon lui de son ancien colistier, qui a orchestré ce « putsch » avec la perspective de récupérer la place de président à la CCI du Gard :

« Eric Giraudier a tout simplement fait un putsch ! Il a fait démissionner l’ensemble du bureau pour provoquer un nouveau vote et un renouvellement en prenant la tête de la CCI Gard. Je savais que cela finirait par arriver. Il se sert de cet argument financier fallacieux pour reprendre la main mais c’est absolument scandaleux. »

Revenant sur cette situation financière au centre du litige, il continue :

« De 2011 à 2015, tous nos budgets ont été validés sans aucun problème que ce soit par le Préfet du Gard, les commissaires aux comptes ou encore l’ancienne CCI régionale. Pour 2016, on nous reproche d’avoir mal vendu l’aérodrome de Deaux. Effectivement, l’estimation initiale était de 2,3 millions d’euros et nous l’avons vendu 660.000 euros. Mais ce que ne dit pas Eric Giraudier c’est que des travaux très importants pour respecter l’ensemble des normes et assurer la sécurité auraient dû être engagés. Nous avons fait le choix de baisser le prix de vente à l’Agglomération d’Alès qui refusait de valider la vente au prix estimé en prenant en charge en plus les travaux. Que les choses soient parfaitement claires : l’ambition de l’Agglo Alésienne est grande pour faire de l’aérodrome de Deaux un véritable outil de développement économique. »

Francis Cabanat prépare sa contre-attaque…

… et promet de ne pas épargner Eric Giraudier :

« J’ai eu connaissance, il y a quelques jours, d’un rapport d’audit transmis par le ministère des Finances pour la période 2011-2014, période où M. Giraudier était à la tête de la CCI Nîmes. Un rapport de 60 pages qui fait notamment état de graves dysfonctionnements dans de nombreux domaines.

Eric Giraudier a voulu m’écarter mais je ne partirai pas sans dire ma vérité. Sur de nombreux sujets notamment vis à vis de la presse, je me suis opposé à lui sans succès. Ces pratiques du pouvoir ne peuvent plus continuer. Les chefs d’entreprises nous ont fait confiance et je ne veux pas que l’élection leur soit volée. Je demanderai d’ailleurs à Eric Giraudier l’organisation de nouvelles élections pour retourner devant les chefs d’entreprise et trancher nos désaccords. Mais il refusera bien évidemment car il sait pertinemment qu’il perdrait. »

Malgré la liste commune qu’ils avaient proposée ensemble à la fin de l’année 2016, la relation entre Francis Cabanat et Eric Giraudier a toujours été pour le moins tendue, et cette liste commune n’avait pu se faire qu’à partir de la décision entre les deux hommes de se partager la présidence de la CCI 30, Eric Giraudier devant succéder à Francis Cabanat à mi-mandat. Certains n’avaient d’ailleurs pas manqué de faire remarquer cette étonnante union, qualifiée de « mariage de la carpe et du lapin » par le président sortant de la CCI de Nîmes, Henry Douais.

commerce international, actu-cci.com.