La CCI Corrèze a réuni à Brive le 8 novembre dernier les acteurs économiques qui traversent l’autoroute A89 pour la quatrième reprise, celle-ci reliant Bordeaux à Lyon, et jusqu’à Genève, en passant par Brive, Périgueux et Clermont-Ferrand.

«L’autoroute A89 constitue un outil puissant de désenclavement des départements du centre de la France, un véritable facteur de développement économique et touristique pour les territoires qu’elle traverse». Françoise Cayre, présidente de la CCI Corrèze a rappelé et remercié la mobilisation des CCI de Bordeaux-Gironde, Dordogne, Lyon métropole\Saint-Etienne-Roanne, Puy-de-Dôme, Auvergne\Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine.

«Outre la réduction des temps de trajet et l’accès facilité à ces territoires, l’A89 permet, voire accélère, la création des zones d’activité, donc l’implantation d’entreprises» a insisté Françoise Cayre en présence de Jean-François Clédel, président de la CCI régionale Nouvelle-Aquitaine, et Dominique Bouvier, présidente de la CCI de Lyon.

La mobilité et le transport au coeur des discussions

Les CCI veulent se battre pour une meilleure couverture numérique et téléphonique «qui jouent un rôle capital pour le développement de nos entreprises» a poursuivi Françoise Cayre. Elle a par contre regretté l’insuffisance des liaisons ferroviaires entre Bordeaux et Lyon.

«Les infrastructures sont déterminantes pour le développement économique; l’accessibilité numérique l’est tout autant. On peut d’ailleurs s’interroger sur la pertinence du plan de développement de la fibre. La technologie 4G, et à plus long terme la 5G, est plus adaptée et moins onéreuse pour les zones moins peuplées ; elle serait complémentaire pour couvrir un plus large territoire» a souligné Jean-François Clédel.

Ces rencontres avaient aussi pour but de favoriser des échanges entre les entreprises pour établir des stratégies de développement, notamment dans des secteurs tels que le bien-être, la nutrition, et la santé qui sont particulièrement bien implantés en Corrèze selon sa présidente.