Quick Épil’ développe son réseau à grande vitesse

68
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmdhfmjhfnzdfzmlszsjdlfsiccisinrodw1iiiwimjcwedewmda%2bil1d

Photo : D.R.
En optant pour la franchise, Quick Épil’ a pu doubler son réseau en seulement dix-huit mois. Son concept : une offre de soins qui allie tarifs attractifs et qualité.

QuickEpil_JuilletAoût2010

Créée en mars 1999, la société Quick Épil’ rassemble aujourd’hui 20 boutiques sur le territoire français : en Alsace, mais aussi en Franche-Comté, en Bourgogne, en Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le groupe emploie quelque 70 salariés pour un chiffre d’affaires total d’environ 4 millions d’euros en 2009. Ses domaines d’activité : la prestation de service en matière d’esthétique de base – épilation, prothésie ongulaire, soins du visage et UV. « Quick Épil’ n’est pas en concurrence avec les centres d’esthétique traditionnels, précise Sylvain Fleury, gérant de la société de franchise. Notre concept consiste à offrir des soins en low-cost et sans rendez-vous, de manière à toucher le plus grand nombre possible de personnes. Notre clientèle se compose ainsi à 80 % de jeunes femmes âgées de 16 à 35 ans. Mais si nos tarifs sont attractifs, nous nous attachons aussi à la qualité de nos prestations et à l’hygiène. »

 

Alors que la marque avait dans un premier temps choisi de se développer sur le mode du succursalisme, elle a opté fin 2008 pour celui de la franchise. Aujourd’hui, à l’exception du site pilote de Mulhouse (Haut-Rhin), toutes ses enseignes sont constituées en franchises. « Avec le succursalisme, nous avons pu développer un réseau régional de 9 boutiques, explique Sylvain Fleury. La formule de la franchise nous a permis de doubler notre réseau au niveau national. Nous sommes même en négociation pour l’ouverture de boutiques au Royaume-Uni… Et hors étranger, nous prévoyons encore une douzaine d’ouvertures d’ici à la fin de l’année. »

 

Au cœur du système : un organisme de formation situé à Mulhouse, bénéficiant d’un numéro d’activité délivré par l’État et pris en compte par les OPCA (les Organismes paritaires collecteurs agréés en matière de formation professionnelle), dans lequel tous les collaborateurs suivent une formation de 2 à 3 semaines avant l’ouverture d’un magasin. « Nous n’embauchons que des esthéticiennes diplômées – CAP minimum – et nous les perfectionnons après l’école, développe le gérant de la société de franchise. Durant cette formation, elles travaillent en condition d’institut. Tous nos postes sont équipés de la même manière et nous formons nos collaborateurs à nos processus et techniques en mettant l’accent sur la rationalisation des gestes. Cette formation est la pierre angulaire de notre concept : notre clientèle vient consommer une prestation qui est toujours, et partout, la même. » Le droit d’entrée pour pénétrer le réseau Quick Épil’ s’élève à 12 000 euros hors taxes, auxquels il faut ajouter les frais occasionnés par les travaux, le mobilier, l’équipement informatique, les premiers loyers, le dépôt de garantie, la constitution de société, etc. « Le ticket d’entrée global se situe entre 100 000 et 120 000 euros », estime Sylvain Fleury. Après une période d’exonération de 4 à 6 mois suivant l’ouverture d’une boutique, la redevance perçue par Quick Épil’ s’élève à 180 euros par poste de travail et par mois. « Nous n’avons pas choisi la formule du pourcentage sur le chiffre d’affaires afin de ne pas taxer ceux qui travaillent plus », justifie le gérant de la société de franchise.

 

Quick Épil’ accompagne ses franchisés pendant les 4 à 5 mois précédant l’ouverture de leur boutique. « Nous recherchons deux types de profil, indique Sylvain Fleury. D’une part, des personnes de métier, dynamiques, qui souhaitent travailler dans leur entreprise ; d’autre part, des investisseurs en quête d’un système duplicable. » Concrètement, Quick Épil’ assiste ses futurs franchisés dans leur recherche d’emplacement (essentiellement en centre-ville et en centres commerciaux), le montage de leur dossier de financement, la constitution de leur dossier administratif avec l’aide d’un architecte (déclarations de travaux, d’enseigne, etc.), l’organisation des dossiers d’aides à l’embauche, la prise en charge des travaux par un maître d’œuvre, la formation du franchisé aux aspects théoriques et pratiques de l’activité, la préparation d’une campagne de publicité ciblée pour l’ouverture du magasin, et même parfois le recrutement de l’équipe. Quick Épil’ anime également le réseau et prend en charge les aspects communication. « Nous organisons notamment des séminaires de travail annuels afin de partager les expériences de terrain, détaille le gérant de la société de franchise. Car si la ligne directrice doit venir du franchiseur, les franchisés ont aussi de bonnes idées ! Notre objectif est de faire de Quick Épil’ une marque reconnue. Dans ce cadre, le modèle de la franchise nous permet d’impliquer des personnes qui ont investi dans leur société et, ainsi, de monter des entreprises pérennes qui contribueront à la notoriété de la marque. »