Rencontre avec Gilles Betthaeuser, P.-D.G d’AOS Studley

73
Changer de siège social, optimiser les mètres carrés, aménager au mieux un espace de travail peut être un véritable casse-tête pour une entreprise. AOS en a fait ses spécialités.

Dans le monde complexe de l’immobilier d’entreprise, Gilles Betthaeuser, P.-D.G d’AOS Studley, met en avant l’offre intégrée de services de son groupe.

 

Commerce International : Comment définiriez-vous AOS Studley ?

 

Gilles Betthaeuser : « AOS, leader européen du conseil et service en immobilier d’entreprise, est un groupe indépendant. Présent en France, au Royaume-Uni, en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse, en Espagne, aux États-Unis et en Chine, il emploie 430 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 75 millions d’euros en 2007. Son capital est détenu à 56 % par le management et à 44 % par Studley – une compagnie américaine de conseil immobilier avec laquelle AOS a signé un partenariat stratégique en 2006 afin d’étendre son périmètre géographique. »

 

Quel constat a présidé à la création de votre entreprise ?

 

G. B. : « L’évolution des entreprises, de leur environnement, de leurs marchés s’accélère et les cycles d’adaptation deviennent de plus en plus courts. Or, le secteur immobilier est, quant à lui, un cycle de long terme et il devient de plus en plus difficile de traiter l’alliance de ces deux cycles. Nous avons développé une offre de services intégrée afin d’accompagner les entreprises dans la complexité du monde immobilier. Les projets tertiaires renferment des enjeux plus importants que ceux auxquels pensent nos clients au premier abord et sont porteurs d’éléments stratégiques complexes pour les entreprises. Nous sommes là pour mettre les projets de nos clients en perspective, dans toutes leurs dimensions, et pour leur donner du sens. »

 

Quelles entreprises sont vos clients ?

 

G. B. : « Les entreprises s’adressent à nous quand elles rencontrent des enjeux humains, économiques, logistiques, en cas de fusion ou de LBO (Leverage buy out ou reprise d’une entreprise financée par l’endettement)… L’accent est mis sur les grandes organisations, publiques ou privées. Mais nous accompagnons également les PME, notamment internationales, dont les projets peuvent être porteurs de complexité et d’enjeux. C’est encore plus important pour une PME de réussir ce challenge. »

 

Comment s’organisent vos activités ?

 

G. B. : « Nous avons trois grands portefeuilles d’activités. D’abord, une activité de conseil immobilier pour les utilisateurs : définition de stratégies immobilières, optimisation ou rationalisation du fonctionnement, puis montage des opérations (achats, cessions d’actifs…). Ensuite, nous faisons de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage constructive. Enfin, nous avons une expertise dans tous les métiers qui sous-tendent les activités d’aménagement et de transfert de sièges sociaux tertiaires : space planning, architecture intérieure, maîtrise d’œuvre travaux, conseil en facility management, outils infrastructurels de gestion, pilotage de transferts de sièges, communication d’accompagnement, conduite de changements, etc. »

 

Pourquoi faire appel à AOS ?

 

G. B. : « AOS rassure ses clients pour trois raisons. D’abord, par sa capacité à donner une dimension globale aux différents types d’enjeux entremêlés. Notre interdisciplinarité – conseil, architecture, engineering… – nous permet d’embrasser l’ensemble de la problématique tertiaire. Ensuite, nous nous engageons sur des résultats : nous nous faisons forts de délivrer ce que nous avons préconisé et nous sommes rémunérés en conséquence. Un projet est jalonné d’aléas et nous avons la capacité, grâce à nos équipes, de les surmonter dans le respect des plannings et des budgets. Enfin, notre démarche est exempte de conflit d’intérêt. Nous ne sommes ni intermédiaires ni commissionnés. »

 

Quelle est votre spécificité en matière d’assistance à la maîtrise d’ouvrage ?

 

G. B. : « Nous avons une connaissance très précise des besoins des utilisateurs. Lorsque nous accompagnons ces derniers dans le suivi de la construction de leur futur siège, nous nous intéressons autant au contenant (l’immeuble, la technologie, la consommation d’énergie…) qu’au contenu (l’entreprise, l’organisation, la flexibilité, le bien-être…). Nous mettons à la disposition de nos clients des équipes expérimentées dont les expertises nous permettent de viser juste et vite. »

 

Quelles sont les tendances en matière d’aménagements tertiaires ?

 

G. B. : « Nos clients sont en recherche d’efficacité. Il s’agit de créer un environnement de travail de qualité et de bien-être, et au meilleur coût. Alors que l’environnement de travail est de plus en plus anxiogène, l’aspect domesticité de l’espace de travail est important. Et dans la mesure où le mètre carré coûte de plus en plus cher, nous cherchons à optimiser les surfaces, notamment en développant une déclinaison fonctionnelle de l’espace de travail : les espaces sont organisés selon les activités des personnes, non selon leur statut. »

 

Peut-on toujours concilier un environnement de travail de qualité avec l’optimisation des coûts ?

 

G. B. : « Un projet tertiaire est un polygone de contraintes avec une nécessaire gestion des compromis. AOS permet d’optimiser cette gestion des compromis en aidant ses clients à porter leurs efforts sur les besoins essentiels et à investir là où ça fait du sens. »