SEAT lance sa gamme Business

50
Seatplay
Forte de son succès auprès des particuliers, la marque s’attaque au marché des entreprises avec une gamme spécifiquement adaptée à leurs besoins.

 

François Larher, chef du service vente aux entreprises et véhicules d’occasion, travaille depuis 17 ans au sein de Volkswagen Group France.

 

 

Quelle est l’histoire de la marque ?

SEAT est une marque plutôt jeune dans le monde de l’automobile, puisqu’elle a été lancée il y a une soixantaine d’années en Espagne. Elle s’est développée essentiellement sur son marché domestique pendant une trentaine d’années, avant d’être rachetée par Volkswagen dans les années 80. Cela lui a permis d’accéder à l’ensemble des marchés européens, puis mondiaux : aujourd’hui, on trouve des SEAT au Mexique, en Russie ou encore en Chine.

 

 

Comment est organisé SEAT France ?

Nous sommes une cinquantaine de personnes à travailler au siège, à Villers-Cotterêts (02),  pour l’ensemble des réseaux de distribution, à savoir 170 points de vente et 225 réparateurs agréés. La France est un acteur important pour le groupe, puisque nous écoulons environ 10% des 350 000 voitures produites par SEAT chaque année.

 

 

Parlez-nous de la gamme SEAT…

C’est une gamme complète de sept véhicules. On y trouve à la fois des citadines (la Mii et l’Ibiza, déclinée en 3 portes, 5 portes, break ou van), des berlines compactes (la Leon) ou routières (la Toledo et l’Exeo), mais aussi des monospaces (l’Altea et l’Altea XL) ainsi qu’un très grand véhicule pouvant accueillir sept passagers, l’Alhambra.

 

 

Vous avez lancé votre gamme Business au dernier trimestre 2012. Quelles en sont les caractéristiques ?

Il s’agit d’une offre clé en mains spécifiquement pensée pour satisfaire les besoins des entreprises sur l’Ibiza, la Toledo et la Leon. En bref, nous y installons d’emblée, pour un seul et même prix, les équipements qui sont optionnels pour les particuliers  : régulateur de vitesse, système Bluetooth, GPS, radar de recul…

 

 

Proposez-vous des solutions de financement particulières aux entreprises ?

Tout à fait. Elles bénéficient d’une offre préférentielle grâce à notre captive bancaire SEAT Fleet Solutions. Ils ont ainsi le choix entre différents loyers : location longue durée, crédit-bail ou crédit classique, avec des prestations à la carte qui concernent la maintenance, l’entretien, la garantie, les pneumatiques ou encore les cartes essence. C’est une offre « à tiroirs » très compétitive qui leur simplifie la vie.

 

 

Qui sont vos clients ?

Nous avons la chance de nous positionner sur toutes les tailles de parcs, et plus particulièrement  sur le marché du small business, c’est-à-dire les entreprises ayant une flotte composée d’un à vingt véhicules. Cela est évidemment appelé à se développer.

 

 

Quels sont vos points forts par rapport à la concurrence ?

La nouveauté de notre gamme fait toute son attractivité. L’Ibiza a été relookée l’an dernier, la Leon et la Toledo viennent d’être lancées. De grands changements qualitatifs, qui se ressentent surtout à l’intérieur des véhicules, dans la qualité des finitions, des matériaux et de l’assemblage, ont par ailleurs été effectués au sein de la marque. Nos voitures bénéficient de toute la technologie Volkswagen, ce qui se traduit notamment par des consommations extrêmement basses, puisque nous sommes à 3,8 litres sur une Ibiza ou 3,9 l sur une Leon. Nos émissions de CO2 sont également parmi les plus basses du marché, avec 89 g pour l’Ibiza et 99g pour la Leon. En fait, SEAT est une marque jeune d’esprit, dynamique et conquérante de par ses racines espagnoles, et qui dispose en même temps de tous les atouts de la technologie allemande. Nous résumons cet état d’esprit par un slogan : Enjoyneering, « la technologie au service du plaisir ».

 

 

Quelles sont vos perspectives de développement dans cette conjoncture morose pour le marché de l’automobile ?

Le marché global devrait diminuer de 5% cette année, mais nous avons prévu une croissance très ambitieuse avec pour objectif de doubler nos ventes aux entreprises.

 

 

Pour aller plus loin: cliquez ici.