S’implanter à Montréal n’est pas une mince affaire

34
S’implanter au Québec, bien des entreprises européennes en rêvent. Cependant, les différences dans la législation peuvent parfois freiner leurs ardeurs. Hub International, qui possède une antenne à Montréal (Québec), leur propose son expertise pour que l’installation se déroule sereinement.

quebec_janv10

Pierre Simoneau est le président de Hub International Québec Limitée, spécialisée dans le courtage d’assurances.

 

Commerce International : Pouvez-vous présenter l’expertise de Hub International ainsi que son antenne régionale au Québec ?

 

Pierre Simoneau : « Hub International Québec Limitée est une filiale de Hub International qui est une société privée appartenant à Apax Partners, Morgan Stanley Principal Investment et aux dirigeants de Hub International Limited. Bien que l’entreprise, sous sa forme et son appellation actuelles, n’existe que depuis onze ans, Hub a été originellement formé par le regroupement de onze cabinets de courtage canadiens qui comptaient une longue tradition au sein de leurs communautés locales respectives. Hub International compte 4 800 employés et 250 bureaux en Amérique du Nord et Hub Québec, qui est basé à Montréal, emploie 150 employés dans 3 bureaux (Montréal, Québec et Saint-Félicien). »

 

Quelles sont les valeurs de la société Hub International Québec ?

 

P. S. : « Les valeurs fondamentales de service à la clientèle et de personnalisation des relations d’affaires, sur lesquelles reposent les activités des bureaux régionaux, sont demeurées bien ancrées au sein de nos employés, ce qui s’avère une valeur ajoutée et particulièrement bien appréciée par les entreprises de Québec Inc. Je dirais que nos valeurs sont l’entrepreneuriat, car nous encourageons l’innovation et la prise de risques calculés ; l’équilibre, car nous préconisons l’équilibre entre travail et croissance personnelle ; l’intégrité, car nous agissons avec éthique et honnêteté en tout temps ; le travail d’équipe, car nous travaillons en équipe pour maximiser les résultats ; la discipline, car nous nous concentrons sur nos objectifs ; et la responsabilité, car nous évaluons et assumons la responsabilité de nos actes. »

 

Quelle est votre stratégie en termes de courtage et de conseil à l’assurance, notamment du fait de votre architecture ouverte ?

 

P. S. : « Hub International s’oriente pour devenir chef de file en tant qu’organisation de services dans le domaine du courtage d’assurances et de la gestion des risques. Nous concentrons tous nos efforts pour devenir le choix privilégié des entreprises, des employés et des investisseurs. Nous proposons la meilleure valeur ajoutée qui soit par le biais de stratégies fiables et durables à long terme. Nous menons nos activités avec éthique et transparence. Comme pour toute chose, tout passe par une bonne communication. Ainsi, nous accordons beaucoup d’importance dans nos échanges d’informations sur la clarté, la précision, la confidentialité et la personnalisation. »

 

Quels sont les secteurs sur lesquels vos expertises se concentrent et comment les avez-vous développées – par acquisition, par développement interne… ?

 

P. S. : « Notre vaste expertise en matière d’assurance a été développée par l’acquisition de spécialistes, ainsi que par le développement de nos ressources actuelles. Nous avons en place différentes spécialités telles qu’assurance de la construction, assurance des transporteurs, assurance commerciale, industrielle et manufacturière, assurance des grandes entreprises, assurance personnelle, prévention et contrôle des risques, et finalement le service des sinistres. Au Québec, nous avons un responsable du suivi des unités de formation continue (UFC) de chaque courtier, ainsi qu’un chargé de la coordination des cours offerts par les assureurs, formateurs et autres entreprises accréditées. Ces personnes ont aussi pour mission de s’assurer que les formations suivies par chaque représentant sont pertinentes par rapport aux besoins et aux activités de leurs clients. La priorité est de renforcer nos connaissances et de développer des spécialités, et non de répondre aux exigences des autorités réglementaires purement et simplement. De plus, nous avons sur place deux personnes accréditées par l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour offrir des formations donnant droit à des UFC. Ainsi, Hub International Québec a créé une division qui se consacre à la formation continue de ses employés : la Hub Academy. Les employés peuvent suivre des cours portant, entre autres, sur la vente, la gestion du temps et les techniques d’assurances faites sur mesure, selon les besoins particuliers de chaque bureau Hub. »

 

De quelles obligations en termes d’assurance une entreprise européenne qui souhaite s’implanter au Canada, et particulièrement au Québec, doit-elle se préoccuper ? Et, d’autre part, quelles sont les réflexions à mener en termes d’assurance personnelle pour l’entrepreneur et les salariés ?

 

P. S. : « Les premières choses qu’un investisseur provenant de l’étranger va constater en s’installant dans un nouveau pays sont les différences au niveau judiciaire et légal, au niveau national et provincial. Prenons par exemple l’assurance automobile. Au Québec, l’assurance-responsabilité civile est obligatoire. La portion « assurance accident sur la route », en ce qui a trait au dommage corporel, est prise en charge par la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ). Il existe aussi une convention d’indemnisation directe entre les assureurs concernant les dommages matériels subis par une automobile lors d’un accident, ce que l’on appelle le “No fault”, pas de poursuite entre assureurs. Pour le reste des garanties, chaque propriétaire doit se procurer une assurance via un courtier ou directement auprès d’un assureur selon le besoin. Un autre exemple est l’assurance-responsabilité relative aux accidents de travail, qui est au Québec prise en charge par la Commission de la santé et sécurité au travail (CSST). Cette assurance est prise directement via les cotisations faites à la CSST selon le type de travailleur et d’emploi effectué. Nous recommandons à tout entrepreneur qui décide de s’installer ici de s’entourer dès le départ de conseillers provenant de firmes professionnelles : comptables, avocats et courtiers d’assurance. Prenons l’exemple de la signature d’un bail de location d’un immeuble commercial. Un avocat donnera son avis légal et le courtier d’assurance veillera à ce que les polices d’assurances, biens et responsabilité civile soient conformes aux exigences. Comme vous en doutez, seule une véritable analyse des risques d’assurance auprès d’un courtier permettra d’éviter de mauvaises surprises au nouvel arrivant. Chez Hub International Québec, nous avons des experts en la matière qui travaillent en collaboration avec des entreprises européennes depuis de nombreuses années et qui sont habilités à répondre à leurs besoins. »

 

Concernant les divers secteurs industriels, comment pourriez-vous décrire la gamme d’offres de conseil en management des risques que vous proposez ?

 

P. S. : « Hub International possède les ressources nécessaires pour répondre aux besoins aussi divers que ceux d’entreprises internationales, d’entreprises familiales locales et de particuliers. Le risque se définit comme étant l’éventualité d’un événement pouvant causer un sinistre ou une perte. Quels genres de responsabilités civiles guettent votre entreprise ? À quels nouveaux risques vous expose votre activité Internet ? Grâce à notre expérience et à nos outils d’analyse, nous pouvons clarifier ces éventualités. Nous évaluons et mesurons l’incidence que peuvent avoir les sinistres sur votre entreprise, votre patrimoine ou votre vie personnelle, et vous conseillons sur les modalités appropriées pour composer avec le risque de perte. Face à l’éventualité d’un sinistre, nous vous aiderons à choisir les mesures appropriées pour vous protéger. Parfois, l’assurance n’est pas le meilleur outil pour parer au risque d’une perte. Un plan de gestion des risques couvre plus d’angles qu’un régime d’assurance, car il fait appel à d’autres méthodes de protection, comme des programmes de contrôle des pertes et de répartitions des risques. La mise en place d’un plan exige de porter attention à une foule de détails. Par exemple, dans la gestion des réclamations, nous établissons un processus de présentation de rapports, nous intervenons dans les enquêtes, nous effectuons des vérifications. Nous étudions et évaluons votre programme de gestion des risques afin de déterminer si les objectifs sont atteints. Nous accordons une attention toute particulière aux coûts du programme, aux programmes de sécurité et aux programmes de prévention des sinistres. »