Sylvain Baré: « Aujourd’hui 15 000 immeubles sont gérés dans le monde grâce à Cassiopae »

28
L’immobilier n’est plus un centre de coûts pour l’entreprise, mais un enjeu de rentabilité. Les solutions logicielles de la société tentent de répondre à cet objectif.

Cassiopae_dec07

L’époque où l’immobilier d’entreprise était un poste de dépenses immuable et incompressible est révolue, même dans les PME. Désormais, il est important qu’un actif immobilier génère le plus d’économies possible afin de ne pas peser sur la rentabilité globale de l’entreprise. Il est donc essentiel de pouvoir suivre de manière quasi instantanée et synthétique les paramètres liés à la gestion, mais aussi au financement de tel ou tel immeuble. Qui l’occupe ? Quels sont les types de baux en vigueur ? Quels sont les emprunts en cours ? Toutes ces questions sont de plus en plus les clés d’une bonne gestion immobilière. C’est pourquoi la solution logicielle développée par la société Cassiopae est plébiscitée par les utilisateurs, sociétés foncières, gérants d’immeubles d’entreprise, et de plus en plus par les administrateurs de biens, qui apprécient la modularité et la capacité d’intégrer facilement les critères de gestion les plus divers, y compris des données multipays, multidevises et multisociétés.

 

Apprécier la rentabilité au mètre carré
« Aujourd’hui 15 000 immeubles sont gérés dans le monde grâce à Cassiopae », affirme Sylvain Baré, directeur du pôle immobilier. Présente aux États-Unis, mais aussi au Japon, l’entreprise dégage un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros et emploie 80 personnes, avec des partenariats qui ont été développés en Tunisie et en Inde afin d’assurer le développement informatique. « Par rapport à nos concurrents, nous avons l’avantage de bien connaître le financement de l’immobilier et la détention de patrimoine – nos métiers initiaux – c’est ce qui nous permet de proposer des solutions de gestion capables de s’adapter à la plupart des contextes et de faire face à la financiarisation croissante du secteur. Nos solutions intéressent aussi de plus en plus d’organismes prêteurs grâce à la capacité que nous leur apportons de faire le lien entre un bien immobilier et un prêt en cours. » Parmi les clients les plus importants de la société basée dans le Xe arrondissement de Paris, outre de nombreuses filiales de banques spécialisées dans la gestion immobilière (Natixis, Société Générale, Fortis, etc.), on compte aussi la foncière Affine ainsi que Renault, qui ne gère pas moins de 500 immeubles – loués ou en gestion directe – grâce à la suite logicielle Cassiopae.

 

Sachant que selon une récente enquête nationale, le coût d’occupation immobilier moyen d’un salarié équivaut à environ 10 000 euros, on comprend que de plus en plus d’acteurs, y compris dans les PME, se tournent vers des solutions intégrées. Désormais, il est en effet possible de faire un benchmarking des coûts des charges des immeubles, de calculer unité par unité la rentabilité au mètre carré d’un bien. Et cela avec une simplicité d’utilisation permettant une convivialité certaine. D’ici fin 2008, celle-ci sera d’ailleurs à nouveau améliorée grâce à une nouvelle version full Web. Ayant fait l’objet d’un rachat par ses salariés l’an dernier, la société dirigée par Emmanuel Gillet compte d’ailleurs tirer profit de sa spécificité « financière » pour poursuivre sa croissance : d’ici cinq ans, le chiffre d’affaires devrait atteindre 20 millions d’euros, soit un doublement de volume.