L’institut de sondage IPSOS et l’école de commerce HEC se sont penchés sur une étude sur les cadres d’aujourd’hui et leurs trajectoires professionnelles. Un état des lieux qu’il est toujours bon de prendre en considération quand on est soi-même cadre ou quand on est chef d’entreprise.

Construire sa trajectoire en permanence… non sans crainte ?

Finie l’époque où l’on restait ad vitam æternam au sein de la même entreprise.  Aujourd’hui la carrière professionnelle d’un cadre est repensée en permanence. Ce besoin de changement est-il le fruit d’une insatisfaction ? En effet, seuls 46% des cadres sont satisfaits de leurs perspectives d’évolution. Un cadre sur deux serait même intéressé pour changer de métier. Autant dire que la vie de cadre n’est plus « un long fleuve tranquille ».

Cette récurrence du changement professionnel est un facteur de stress pour 40% des cadres de moins de 40 ans, un stress qui s’estompe chez les 50-65 ans, ils ne sont que 19% à l’appréhender.

D’ailleurs il est intéressant de noter qu’un jeune cadre sur deux  se verrait bien travailler dans la fonction publique, que ce serait même un idéal compte tenu de la garantie de l’emploi tandis qu’ils ne sont que 11% à juger idéal de travailler dans une start-up. Là encore cette perception de la fonction publique s’estompe chez les 50-65 ans qui ne sont que 34% à juger idéal de l’intégrer.

Trouver son entreprise : une quête de sens

Pour les jeunes cadres, « Réussir c’est » : permettre aux autres d’exprimer leurs compétences à 89%,  plutôt que gagner beaucoup d’argent (64%) ou avoir un poste à responsabilités (67%).

Quant à l’idée de travailler à leur propre compte, 51% des femmes seraient intéressées notamment pour mener à bien un projet qui leur tient à cœur. Sur cette question, les hommes ne sont intéressés qu’à  hauteur de 33% et leur motivation tient davantage de ne pas avoir à répondre aux ordres hiérarchiques (54%).

Concernant la perception des cadres sur ce qui a fait évoluer leur façon de travailler, ils indiquent les nouvelles technologies à 80%, l’hyper connectivité à 62% et l’évolution des réglementations à 63%.

Le management par projet concerne désormais un cadre sur deux.

Pour autant l’épanouissement en entreprise c’est possible

Malgré une évidente inquiétude ambiante, 89% des cadres pensent qu’il est possible de s’épanouir dans l’entreprise et 72% d’entre eux se considèrent épanouis dans leur poste actuel.

Selon eux un manager idéal c’est celui  qui sait déléguer et faire confiance à 52%,  plutôt que d’être un leader (24%) ou expert technique (19%).

Des notions de travaille d’équipe et de partage qui sont chers chez les jeunes cadres.