Trois ans après son implantation au Panama, GDF Suez convoite plusieurs projets régionaux

57
Le groupe français GDF Suez est présent en Amérique centrale par le biais de la production thermique, l’hydroélectrique et l’éolien. Sans compter de nombreux projets à venir, tels que la biomasse.

Concrétisée depuis avril 2007 par l’acquisition d’une participation à hauteur de 51 % dans la société panaméenne Bahia Las Minas – le plus important complexe thermique ce pays –, la décision de GDF Suez de pénétrer sur le marché du Panama a permis d’acquérir environ 20 % de la capacité installée dans le pays.
Le groupe français a décidé de s’implanter à Panama, considérant la forte croissance de l’économie, la demande énergétique très dynamique et la nécessité d’investissements, les règles de marché claires et transparentes et la stabilité politique. Les trois années qui se sont écoulées ont conforté GDF Suez dans son choix, d’autant plus que l’économie du Panama a bien résisté à la crise mondiale.

 

De plus, en trois ans, GDF Suez a atteint une masse critique. Le groupe est maintenant reconnu comme une entreprise sérieuse, professionnelle et compétente par tous les acteurs du marché. Enfin, le siège de Panama sert de base pour son développement en Amérique centrale. L’un des investissements à Panama, de 150 millions de dollars (121,8 millions d’euros), consiste en la conversion au charbon des chaudières actuelles utilisant du fuel lourd. Il s’agit aussi de remplacer les chaudières existantes par une nouvelle. Cet investissement aura un effet positif sur le marché électrique dans la mesure où cela permettra de réduire le coût de l’énergie et de rendre les coûts de production moins sensibles aux variations internationales des combustibles liquides, tout en réduisant les émissions de CO2. Ce projet entamé en avril 2007 sera opérationnel en 2010.

 

Un autre investissement important a été l’installation de 10 moteurs. C’est un projet qui a été réalisé en un temps record, car il répondait à un besoin urgent pour éviter un black-out pendant la saison sèche de janvier à mai 2009. Un troisième investissement important concerne un projet hydroélectrique de 115 mégawatts avec trois centrales en cascade dans la région montagneuse de Chiriqui, toujours à Panama. Les travaux entamés en août 2008 devraient entrer en opération en phase successive pour s’achever en juin 2011. Enfin, GDF Suez a récemment repris un projet éolien de 50 méga- watts au Costa Rica, dont la moitié est entrée en service en septembre 2009 et l’autre moitié en décembre 2009. Il vient d’être inauguré par le président Oscar Arias. GDF Suez a donc mis en place une diversification à la fois dans les sources d’énergie et dans les pays : en Amérique centrale, le groupe est en effet présent dans la production thermique, l’hydro et l’éolien, sans compter des projets à venir, peut-être dans la biomasse. Pour 2009-2010, son plan d’action est avant tout la consolidation de ses différents projets.

 

GDF Suez cible le Panama et le Costa Rica comme pays prioritaires, mais à plus long terme, il s’intéressera aussi à d’autres pays répondant aux critères définis par le groupe. Ce dernier restera également très attentif à l’évolution de deux grands projets régionaux. D’abord, le projet de connexion électrique Panama-Colombie, sans doute opérationnel vers 2015, qui permettra des échanges énergétiques entre les deux pays. Et surtout la mise en service de la ligne haute tension Siepac pour 2011, de nombreux tronçons sont déjà achevés. Cette interconnexion d’une capacité de 300 MW reliera toute l’Amérique centrale, du Panama au Guatemala, et permettra ainsi des échanges d’énergie entre ces pays. Cela garantira une meilleure stabilité de l’alimentation et élargira le marché. Pour GDF Suez, ce marché régional ne pose pas de problèmes au niveau technique, mais il y a encore de sérieuses étapes à franchir pour que le marché soit vraiment ouvert. Même si la volonté politique existe, les pays ont encore tendance à prendre des mesures de protectionnisme à court terme, et notamment à stopper les exportations dès que la situation est un peu tendue localement.

 

À Panama, GDF Suez suivra aussi avec attention les décisions de la nouvelle administration qui vient d’être élue. Il est en effet important que le pays respecte ses engagements pour continuer à attirer les investisseurs et que les règles de marché restent claires, transparentes avec une excellente visibilité à moyen et long terme. Dans le domaine de l’électricité, l’idée prioritaire de cette nouvelle équipe est de baisser les prix de l’électricité pour le client final : un objectif ambitieux, connaissant les contraintes climatologiques et de la croissance…