Une grande partie du financement de l’Institut Pasteur provient du secteur privé

198

Le Pasteurdon, l’opération annuelle de l’Institut Pasteur, qui s’est tenue en octobre 2010, a permis de recueillir plus de 1 million d’euros de promesses de dons. Un succès qui reflète l’intérêt du public pour la recherche médicale ! Fondation privée d’intérêt public à but non lucratif, l’Institut Pasteur compte sur la générosité des particuliers et des entreprises pour développer ses programmes de recherche. Plus d’un quart de ses financements provient de subventions de l’État, deux cinquièmes des royalties sur ses découvertes et près d’un tiers des dons et legs, mais aussi du mécénat et de la taxe d’apprentissage. En 2009, la collecte auprès des particuliers était de 11,5 millions d’euros, soit une hausse de plus de 25 % grâce à un large soutien au plan de développement d’un candidat vaccin contre le cancer. L’apport des entreprises était tout aussi important avec 1,40 million d’euros obtenu au titre de la taxe d’apprentissage et 8,3 millions d’euros collectés. « En versant une partie de leur taxe d’apprentissage, les entreprises peuvent contribuer à la mission d’enseignement de l’Institut, indique Sylvain Coudon, directeur de la communication et du mécénat. À titre d’exemple, la somme collectée en 2009 a permis de financer un nouveau centre d’enseignement destiné à des formations pratiques de haut niveau en biologie ».

 

Si la taxe est un impôt, le mécénat est un acte volontaire qui signifie, avec l’Institut Pasteur, la mise en œuvre d’accords gagnant-gagnant. Les entreprises mécènes peuvent défiscaliser une partie des sommes versées et bénéficient de contreparties (accès à l’auditorium, privatisation du musée, visite de laboratoires, etc.). En soutenant sur le long terme l’Institut Pasteur, elles ont la possibilité de valoriser, en termes d’image, leur implication dans l’excellence et l’exigence scientifiques de renommée internationale. L’Institut Pasteur compte de grands mécènes. Après avoir signé une première convention entre 2005 et 2010, la Fondation Total a renouvelé son engagement pour 2010-2014. La récente convention a permis la création d’une chaire de recherche et de formation dirigée par le Pr Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine 2008. Elle portera, par ailleurs, sur la poursuite du financement de programmes de terrain dans des pays du Sud. Partenaire historique, Sanofi-aventis est également un mécène de premier plan. Le groupe pharmaceutique finance les recherches sur les maladies parasitaires, ainsi que le cours de vaccino-logie délivré aux futurs chercheurs.

 

L’Institut a aussi l’appui de grands groupes comme Accor, Areva ou Natixis et de nouvelles entreprises comme OdysseyRe. Ce soutien des entreprises, comme celui des particuliers (sous forme de dons, donations ou legs), lui garantit l’indépendance de sa politique de recherche, une recherche pluridisciplinaire, innovante et performante. « Nous travaillons sur 60 à 70 pathologies, dont les plus connues sont le cancer, le sida, le paludisme et les maladies du cerveau. Les maladies négligées font aussi partie de nos programmes. Nous nouons avec nos mécènes, dont la plupart axent leurs demandes sur des thématiques précises, des relations de type partenarial. Les entreprises participent à des comités de pilotage et reçoivent un compte-rendu de l’affectation des sommes versées, explique Sylvain Coudon. Les donateurs à titre privé bénéficient pour leur part d’une relation privilégiée avec nos équipes en charge des particuliers. » La générosité du public est aujourd’hui indispensable pour faire progresser rapidement la recherche. C’était déjà le cas quand Louis Pasteur décida, sur les friches du quartier Vaugirard dans le 15e arrondissement de Paris, de créer un centre recherche au service de la vaccination et de la santé publique.

 

L’institut Pasteur en 2009
• 2 600 chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs
• 32 instituts dans le monde contribuant à la formation d’acteurs de la santé publique
• 232,6 millions d’euros de budget annuel, dont près du tiers provient de la générosité
• 130 entités de recherche réparties dans 10 départements scientifiques
• 14 plates-formes technologiques
• 535 brevets de découvertes en vigueur
• 10 Prix Nobel
• 10 départements scientifiques
– Biologie cellulaire et infection
– Biologie du développement
– Biologie structurale et chimie
– Génomes et génétiques
– Immunologie
– Infection et épidémiologie
– Microbiologie
– Neurosciences
– Parasitologie et mycologie
– Virologie