Une note française salée… si la Grèce sortait de l’Europe

22
Drapeau-franco-grec
Si la Grèce sortait de l’Euro, les conséquences pour la France seraient assez lourdes. Tour d’horizon d’une note qui risque d’être plutôt salée pour les Français.

 

L’abandon de l’Euro par la Grèce signifierait en premier lieu que le pays de pourrait honorer ses créances accumulées dans la devise européenne. Chaque pays devrait ainsi contribuer à ce remboursement. Pour les Français, ce la se traduirait par une obligation de rembourser 68 milliards d’euros, soit 1,035 euros par habitant, selon les calculs financiers d’Eric Dor, directeur des études économiques à l’Ieseg School of Management.

Ce total est le résultat additionnel de plusieurs dettes :

–       la part du prêt accordé par la France à Athènes en 2010 (11,39 milliards d’euros),

–       la part française des garanties apportées sur l’emprunt attribué par le FESF (Fonds Européen de stabilité financière) en 2012, soit 31,02 milliards d’euros.

–       l’exposition de la France à des créances détenues par la Banque Centrale européenne et l’Eurosystème, soit 26,08 milliards d’euros.

Il faut donc éventuellement s’attendre à une augmentation fiscale des Français étalée dans le temps.

La dette publique française qui dépasse déjà les 2 000 milliards d’euros s’en retrouvera forcément augmentée. En conséquence, « il y a un risque que le niveau moyen des taux d’intérêt augmente dans la zone euro », souligne Eric Dor.

Les doutes existent également quant à une dévaluation de l’euro en cas de sortie de l’Europe de la Grèce.

 

commerce international, actu-cci.com.