Zoom sur Ipeca-Prévoyance

37

Ipeca-Prévoyance_nov07

Créée en 1947 pour répondre aux besoins des entreprises aéronautiques pour la retraite des cadres et la prévoyance de leurs salariés, Ipeca-Prévoyance est devenue le partenaire privilégié des entreprises du secteur. L’institution fête en 2007 son 60e anniversaire, presque en même temps que la Sécurité sociale. Par la suite, elle s’est diversifiée en direction des entreprises de haute technologie et vers les salariés de tous secteurs professionnels. Puis l’institution, sous le nom d’Ipeca-Prévoyance, s’est recentrée sur la seule activité des assurances de personnes.

 

Aujourd’hui, elle réalise un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros. Avec plus de 120 000 cotisants et 250 000 bénéficiaires, elle se positionne désormais comme un organisme de protection sociale interprofessionnel qui conserve néanmoins de son héritage historique un important portefeuille de clients dans le secteur aéronautique dont EADS, Dassault, l’ONERA et plusieurs compagnies d’aviation (la RAM, Aigle Azur, Corse Méditerranée, etc.). L’Institution a su séduire, outre ses clients historiques, plus de 2 000 entreprises dans divers secteurs d’activité. Ipeca-Prévoyance leur propose des solutions collectives couvrant tous les risques liés à la personne et aux actifs, anciens salariés ou retraités des solutions de prévoyance individuelle en complément des régimes collectifs.

 

Faire évoluer la protection sociale
Ipeca-Prévoyance offre une gamme complète de contrats standards et étudie des régimes sur mesure : « Les contrats sur mesure offrent au client une grande souplesse dans le choix de ses garanties et une bonne adaptation aux besoins spécifiques de chacun », explique Sophie Girard, responsable du service Contrats et prestations. IPECA propose, par exemple, un produit spécifiquement destiné aux PME-PMI. « Comparé à ses concurrents, Ipeca possède d’incontestables atouts dus à sa petite taille : la souplesse, l’adaptabilité et la réactivité », remarque Élie El-Hawa, adjoint du directeur général et directeur des Assurances de personnes. En matière de couverture santé, Ipeca propose une grande variété de solutions et des produits innovants, ce qui répond à la demande des assurés qui tendent à consommer les biens et services médicaux comme d’autres produits de consommation courante. Pourtant, Ipeca incite ses clients à adopter des modes de consommation plus responsables en instaurant des garanties innovantes.

 

Nouveautés réglementaires
Concernant la prévoyance, l’Institution souhaite également proposer de nouveaux types de protection. Mais, comme l’explique Sophie Girard, « la prévoyance reste très éloignée des préoccupations des assurés plus difficiles à sensibiliser sur ce domaine ». Dans une société à la population vieillissante, de plus en plus de personnes sont pourtant confrontées aux problèmes de dépendance. Intégrer des produits de dépendance à la protection sociale des salariés semble donc fortement souhaitable. Or, « l’assurance dépendance pourrait être incorporée dans un contrat de prévoyance pour une cotisation démarrant à une dizaine d’euros par mois pour le salarié ! », affirme Élie El-Hawa. Aussi, selon lui, il faut rester présent aux côtés de son client « entreprise », ce dernier étant en relation permanente avec le client final, afin de l’informer et de le conseiller sur les nouveautés réglementaires et les innovations produits. À ce titre, il estime en effet qu’il faut proposer aux chefs d’entreprise des offres de prévoyance qui viendraient compléter une véritable politique sociale et salariale de l’entreprise.

 

L’accompagnement des assurés constitue une autre priorité pour Ipeca-Prévoyance qui propose des solutions originales : « Le retour à l’emploi est souvent difficile pour une personne en arrêt maladie. Nous avons donc incorporé à notre catalogue d’offres une solution d’accompagnement des personnes qui répond à un réel besoin », explique Sophie Girard. Des études démontrent, en effet, qu’il faut agir relativement vite auprès des personnes en arrêt maladie pour leur permettre de retrouver leur motivation au travail car, passé un certain temps, les assurés perdent confiance. Sur la base du volontariat, Ipeca envisage avec eux des solutions efficaces d’accompagnement.

 

Les dépenses de santé sont liées au niveau de couverture de la complémentaire santé : mieux on est couvert, plus on dépense et plus on fait dépenser à la Sécurité sociale. De ce fait, les intérêts des organismes d’assurance santé, de la Sécurité sociale et des assurés divergent, mais l’avenir de la protection sociale ne peut être conçu que par la négociation entre ces différents partenaires. Dans ce contexte, « les institutions de prévoyance, du fait des relations privilégiées qu’elles entretiennent avec les personnes protégées, les entreprises et les partenaires sociaux, sont particulièrement bien placées pour apporter leur concours aux réflexions menées en vue d’une évolution du système social », conclut Élie El-Hawa.