Zoom sur l’offre d’épargne pour les salariés du groupe Dexia

39

Dexia _oct08

La gestion des ressources humaines n’est jamais une mince affaire, surtout lorsque le marché de l’emploi est soumis à de fortes pressions comme c’est actuellement le cas sous l’effet du vieillissement de la population. Les entreprises disposent cependant de quelques outils leur permettant de fidéliser leurs collaborateurs ou d’en séduire de nouveaux, à commencer par leur rémunération qui comprend évidemment leur salaire, mais pas exclusivement. Les salariés deviennent, en effet, de plus en plus sensibles aux systèmes de rémunération accessoires ou complémentaires qui consistent, grâce à des dispositifs législatifs et réglementaires incitatifs, à faire de leur employeur un acteur à part entière de leur épargne. Le groupe Dexia s’est fait une spécialité de cette activité. À travers sa compagnie d’assurance Dexia Épargne Pension, le groupe né en 1996 de la fusion du Crédit communal de Belgique et du Crédit local de France a, en effet, développé toute une gamme de produits d’ingénierie sociale répondant à toutes sortes de préoccupations.

 

C’est ainsi qu’elle est en mesure de proposer aux entreprises de mettre en place des produits d’épargne aujourd’hui devenus des classiques comme les Plans d’épargne entreprise (PEE), ou les Plans d’épargne retraite collectifs (Perco) que les employeurs peuvent abonder dans d’excellentes conditions fiscales pour elles afin d’aider leurs collaborateurs à se constituer une épargne de précaution ou de retraite. Mais elle peut également proposer des contrats d’assurance collective à cotisations définies ou à prestations définies selon le cas. Ces derniers offrent la possibilité pour les salariés de se constituer une retraite complémentaire dans un cadre, là aussi, fiscalement avantageux tant pour eux que pour leur employeur. Les cotisations des contrats d’assurance dits « Article 83 » et « Article 39 » sont en effet exonérées, dans certaines limites, d’impôt sur le revenu et de charges sociales salariales comme patronales à l’exception de la CSG (Contribution sociale généralisée) et de la CRDS (Contribution au remboursement de la dette sociale), et déductibles du résultat imposable de l’entreprise. « De sorte que, habituellement, si une entreprise veut donner 100 à l’un de ses collaborateurs, il lui faut en réalité débourser 160. Le taux de redistribution, à travers un contrat d’assurance collective de ce type, est proche de 100 % ! », annonce Valéry Maizières, directeur commercial, produit et marketing de la compagnie.

 

Enfin, Dexia Épargne Pension dispose aussi d’une solution de financement Indemnités fin de carrière (IFC). « Avec l’arrivée à l’âge de la retraite de la génération du baby-boom, cette question des IFC devient de plus en plus préoccupante pour les entreprises. D’où l’intérêt pour elles de prévoir leur financement et de les provisionner à travers un contrat d’assurance adapté », insiste Valéry Maizières. L’externalisation de cette provision permet de compter sur des profits financiers qui eux-mêmes participent à son financement. La prime est ainsi déterminée en fonction du calcul actuariel du passif social de l’entreprise et d’un rendement moyen prévisible des actifs sur lesquels elle va s’adosser. Détail qui a son importance : le rythme d’alimentation du contrat est libre, et il peut donc être piloté en fonction du résultat fiscal de l’entreprise afin de bénéficier au maximum de la déductibilité des primes de son résultat imposable, comme le prévoit la législation. L’efficacité de ces produits d’ingénierie sociale est évidemment fonction des performances financières, mais aussi fonctionnelles, des produits.

 

Ceux de la gamme Dexia ont été, de ce point de vue, conçus pour être les plus souples possibles. Ils fonctionnent en architecture ouverte, c’est-à-dire qu’ils acceptent tous les supports en unités de compte du marché dès lors qu’ils sont conformes aux dispositions du code des assurances. Parallèlement, Dexia propose trois fonds euros à capital garanti avec effet de cliquet annuel qui se différencient les uns des autres par la nature de leurs actifs sous-jacents. Ces fonds en euros sont particulièrement performants dans le contexte actuel de hausse des taux d’intérêt en raison de leur création récente. Ainsi, par exemple, le fonds général de la compagnie composé à 80 % d’obligations pour 10 % d’actions et 10 % d’immobilier s’est offert le luxe d’être le plus performant du marché en 2007 avec un taux de rendement brut de 5,10 %. Afin de permettre aux assurés de tirer le meilleur parti des marchés, les contrats Dexia disposent évidemment de toutes les options de gestion et d’arbitrages automatiques ou conditionnels indispensables à tous les contrats modernes.